인천, 대역전 (Incheon, le grand tournant)

Incheon memorial

Le réveil en ce samedi 8 est compliqué : la sauce teriyaki était vraisemblablement trop épicée pour une reprise et mon estomac me l’a fait savoir. Heureusement, le passage (long et difficile) au petit coin ne retarde pas notre départ pour Incheon.

Incheon taxi

L’objectif est précisément le mémorial consacré l’Opération Chromite, débarquement décisif qui est devenu une date majeure dans l’histoire sud-coréenne pour une raison très simple : sans la réussite de cette opération, il n’y aurait probablement plus eu de république démocratique en Corée. En dépit de sa grande importance, le mémorial est assez excentré dans la grande métropole d’Incheon. Il faut donc prendre un taxi (pas tellement cher avec le partage des frais) pour éviter de perdre un temps précieux. Pour l’anecdote, il semble que le coréens n’aient pas l’habitude de mettre la ceinture de sécurité…

Incheon maquette

Il n’y a qu’une grande salle mais le lieu a quand même quelques détails sur la bataille. La joint task force 7 était composée de 261 navire de plusieurs nationalités (dont un français). Impressionnant également le nombre de diversions mises en œuvres pour assurer la réussite de l’opération : la télé américaine rapporte par exemple que le débarquement aura lieu à Incheon en octobre. Le Nord doute alors de la véracité du lieu et pense à Gunsan.

Le 12 septembre, des britanniques mènent une opération de reconnaissance dans cette même ville, et le 13, le 5e régiment de Marines feint d’embarquer pour là-bas. Le 14, des centaines de tracts demandant l’évacuation sont largués sur Gunsan. Même la garnison alliée à Busan croit que Gunsan est l’endroit choisi. Le 13 encore, la flotte onusienne pilonne plusieurs villes dont Incheon, pour ajouter à la confusion du Nord. Sacré performance de l’armée US que d’avoir pu réussir 2 débarquements d’ampleur en moins de 10 ans.

Incheon plan

A titre d’anecdote, j’apprend que l’aéroport d’Incheon par lequel je suis arrivé, est aussi artificiel que celui d’Osaka : il n’y avait que 4 îles à l’origine, tout le reste a été rempli par l’homme afin de construire le bout de terre nécessaire à l’aéroport.

Incheon telegramme

Le mémorial a quelques belles pièces, comme des télégrammes contenant les premières communications américaines sur le front naissant.

Incheon Japanese flag1

Plus suprenant, un drapeau japonais rempli de messages d’encouragement. Cela concerna les étudiants coréens alors au Japon, rapatriés pour la défense du pays. En haut en idéogrammes de l’époque on peut lire « longue vie à la grande République de Corée ».

Plus classique, les inévitables reliques/modèles d’armement. Ici un Mosin-Nagant (un des premiers fusils sniper soviétiques) et une barge de débarquement.

Incheon kimchijag

Une fois l’expo visitée, il faut manger. Et là encore les surprises sont au rendez-vous. Nous mangeons 김치전 (omelette au kimchi). Le plat est correct sans plus, mais c’est la boisson qui m’inquiète : le jus de riz (avec les grains de riz) est à peu près aussi mauvais qu’il en a l’air (enfin en ce qui me concerne). Remarquez également qu’il est parfaitement normal de proposer du papier toilette comme serviette de table.

Incheon Chinatown

Nous arrivons dans un Chinatown assez tape-à-l’oeil avec ses bâtiments lourdements chargés.

Incheon Confucius

La statue de Confucius y trône. Après de rapides recherches, il semble que sa présence ici soit liée à la présence, historiquement, d’immigrés chinois de la province de Shandong, d’où le philosophe est originaire.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s