E3 2017 Sony – The World is not Enough

MHW ca1

L’équation est a priori beaucoup plus compliquée pour le leader de l’industrie cette année. En effet, depuis 2016, la concurrence s’est organisée et Sony doit faire face à la puissance brute de la Xbox One X, ainsi qu’à Nintendo qui arrive dans le rétroviseur plus vite que prévu. Cette année, il n’avait donc pas de victoire par défaut.

Le constructeur bénéficie d’une santé financière conservée. S’il vend un peu moins (-6%), le résultat d’exploitation se stabilise à un peu moins de 300 milliards de yens, un bon niveau. Le résultat net diminue cependant de moitié, Sony ne pouvant éviter un taux d’imposition majoré pour cause de dépréciations non-déductibles. Il y a aussi l’impact d’un résultat financier négatif cette année, mais qui d’un autre côté « assainit » le profit net. Le bilan ne semble pas dégradé. Du côté des lignes de productions, les semi-conducteurs, les autres composants et surtout le business TV & Ciné sont sur la très mauvaise pente : beaucoup de dépréciations dans ces secteurs, ainsi que des impacts négatifs du cours des changes. Cela va beaucoup mieux en revanche pour la partie mobile qui repasse dans le vert, et d’autres restent vigoureux : la photo, l’audio/vidéo, la banque & assurance et bien sûr le jeu vidéo.

DNT

La PS4 est inarrêtable, la croissance des ventes est telle que la branche affiche une progression insolente de 50% de son résultat d’exploitation à 135 milliards. C’est presque 5 fois celui de Nintendo! 20 millions de PS4 sont vendues. La console de salon a dépassé les 60 millions dans le monde, elle devrait doubler la 3DS cette année alors qu’elle est… beaucoup plus chère! En consumer value, la portable de Nintendo est battue depuis longtemps. Par ailleurs, remarquons qu’avec l’écart au Japon (18 millions), la PS4 est déjà plus répandue que la 3DS en occident. Facilement les ¾ des jeux éditeurs tiers à venir sont à destination de la PS4 ou de la PSVita. Le rouleau compresseur du catalogue Sony est toujours écrasant et a présenté quelques prises significatives en pre-show : Dissidia Final Fantasy NT, Far Cry 5, Little Witch Academia, Need for Speed Payback ou encore Darksiders III. Des titres qu’on ne verra pas sur Switch… Ni no Kuni II Revenant Kingdom, Ace Combat Skies Unknown et Gran Turismo Sport reviennent également dans de belles bande-annonces.

detroit

Qu’allions nous avoir dans la conférence avec un pre-show pareil ? Ben rien, encore une fois. De mémoire, on n’a pas vu pire conférence du constructeur à Los Angeles : rythme mou, longue série de jeux VR dont on n’arrive même pas à retenir le nom tant ils sont insignifiants, aucune surprise et du gameplay convenu à l’américaine (Days Gone of War, etc.) qui n’invite que les baîllements. Après ce qui m’a semblé être moins de 55 minutes, la stupéfaction est de mise. Mais où sont Atlus, Sega, KoeiTecmo, Rockstar, SCEJ, BandaiNamco (quoique lui on sait : chez Microsoft) ? SquareEnix n’a guère plus à montrer qu’un jeu de pêche dans l’univers de FFXV. Ces gens-là n’ont-ils rien de mieux à faire lors du plus grand salon de la planète !!?? Pas non plus de créateurs sur scène pour humaniser l’évènement comme a très bien su le faire Ubisoft : Sony n’avait pas d’amis… Avec une conférence aussi courte, pourquoi avoir laissé tous ces bons jeux en pre-show ? Pourquoi donner rendez-vous à 3h alors que ça commence à 2h ? L’organisation du constructeur, encore plus que le contenu, est archi-fautive.

MHW

Seul point à mettre au crédit de la firme, Sony met fin à 5 ans d’exclusivité Nintendo avec l’arrivée de Monster Hunter World sur PS4. Cette annonce est un coup d’éclat considérable en terme d’affichage, surtout à domicile. Avec ses splendides images en 4K diffusées immédiatement aux quatre coins de la planète, Monster Hunter World PS4Pro met un bon coup dans les rotules à Monster Hunter XX Switch, et propose pour la première fois depuis bien 10 ans une véritable évolution de la série. Les forums japonais ont pris feu. Mais voilà, Monster Hunter World n’est pas portable. Quand Monster Hunter 3rd était sorti sur PS3, il s’était vendu dix fois moins que son homologue PSP. Les fans de Monster Hunter veulent emporter leur expérience de jeu partout, la limite en termes de portée économique est très claire. L’occident préfèrera peut-être ce Monster Hunter World, mais sans une hypothétique PS4 mini pour l’épauler, la PS4 ne résistera qu’à la marge aux prochains jeux Monster Hunter de la Switch au Japon.

Reste que l’avantage de la PS4 croît encore au cours de cet E3. EA, Bethesda, BandaiNamco, Activision comme Ubisoft n’ont pas la main lourde sur les kits de développement Switch : l’intégralité des jeux éditeurs tiers présentés tournent sur PS4, contre au mieux une demi-douzaine sur Switch (dont des portages en retard). Même avec la conférence de l’ennui, Sony n’a rien à craindre d’une Switch désavouée sur le plan international.

La conclusion, c’est tout de même encore un mauvais E3 pour Sony dont la force de proposition décline singulièrement. Dans sa communication, le constructeur n’a clairement pas réussi à donner un horizon aux joueurs. Les lendemains qui chantent laissent place à un silence gêné. Rattrapé par Microsoft sur la technique et par Nintendo sur l’innovation conceptuelle, Sony ne mobilise pas ses forces et affiche à nouveau une politique passive et convenue. Sa mainmise est forte, mais de la passivité au passif, il n’y a qu’un pas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s