Nintendo Switch, l’impossible grand écart

switch-keikoku

On ne le dira jamais assez, Nintendo vit une période-clé de son histoire. L’échec retentissant de la WiiU est acté et la 3DS accueille de moins en moins de jeux. Les éditeurs tiers quittent le navire, ceux qui restent étant en train de couler dans leur invendus sur une console portable au public défraîchi. Tous les regards se tournent naturellement vers la Switch, la nouvelle console au concept révolutionnaire du Big N. Avoir une console de salon et une console portable dans la même machine, c’est a priori l’atout-maître pour régner. Le monde entier retient son souffle à l’approche du 13 janvier.

Dans cette atmosphère tendue, la moindre miette de rumeur provoque une véritable curée. Alors quand Eurogamer cite l’analyse des experts hardware de Digital Foundry, les forums commencent à connaître des mouvements sismiques. L’article d’Eurogamer n’est en effet pas à ranger dans la catégorie des petites rumeurs : les chiffres sont extrêmement précis et minutieusement décortiqués, vidéo officielle de Digital Foundry à la clé. Ces gens ont une renommée considérable dans les cercles hardware, et il est certain qu’ils ne donneront pas des informations sorties d’un chapeau. Manque de chance pour les aficionados du constructeur, les premières nouvelles sont loin d’être enthousiasmantes.

Le processeur principal (CPU) de la Switch, par exemple, déçoit. Quand il fut question au printemps d’un processeur Tegra, beaucoup espéraient secrètement qu’un Tegra X2, nettement plus capable qu’un X1 qui équipe la très surfaite Nvidia Shield, puisse être l’objectif du lancement en Mars 2017. Il n’en est rien, car Eurogamer confirme que l’architecture est bien celle d’un Tegra X1, un ARM Cortex A57 qui tourne à 1GHz, contre 1,6GHz pour la PS4 et 1,75GHz pour la XboxOne. Un cran en dessous donc, mais pas un handicap majeur.

C’est le processeur graphique (GPU) qui, à cause du caractère hybride de la machine, va être le facteur limitant. Déjà à la base, le GPU ne tourne qu’à 768MHz, sensiblement en-dessous du 1GHz de la Shield, console qui fait tourner des jeux PS3 avec plus ou moins de bonheur. Le GPU est donc une sous-version de celui du Tegra X1, ce qui n’incite guère à l’optimisme. Avec en plus seulement 256 shaders, contre 1152 pour la PS4, la performance graphique atteint péniblement les 400GFlops, contre 1,8Tflops pour la PS4. PS4 de base, je ne parle même pas de la PS4 Pro. Mais le gros problème arrive dès que vous sortez de chez vous, Nintendo devant faire un énorme compromis pour garantir une autonomie correcte et prévenir tout risque de surchauffe. C’est ainsi que hors de sa base, la vitesse du GPU de la Switch tombe à 307MHz, c’est-à-dire un maigre 157 Gflops. Le concept hybride est risqué et voilà sa plus grosse faiblesse : comment les développeurs vont-ils gérer un GPU qui ne se comporte pas tout le temps de la même manière? Doivent-ils prendre en compte sa vitesse dans la base, au risque de voir leur jeu ramer comme un pingouin en mode portable, ou doivent jouer la sûreté au prix d’un rendu moins impressionnant graphiquement? Cela m’a l’air d’être un problème bien pire que la gestion du Gamepad de la WiiU. A supposer que cela s’apparente à un patch PS4 Pro comme le prétend Eurogamer, comment cela peut-il fonctionner? Le jeu devrait se dé-patcher à chaque fois que la console sort de la base…

La bande passante de la mémoire vive n’arrangera rien : à 25 GB/s la lecture des 4GB, le fossé est énorme avec la PS4 qui lit ses 8GB de GDDR5 (la rolls de la RAM) à 176 GB/s. Tout ça pour dire qu’il est difficile d’imaginer à ce stade des jeux du calibre d’un Battlefield 1 sur Switch : le FPS star d’Electronic Arts ne tiendrait d’ailleurs dans aucune des cartouches standard mentionnées par le constructeur… Ne parlons même pas des exclus PS4 de pointe comme The Last of Us Part 2, qu’il sera bien difficile d’égaler avec une telle architecture pour la Switch. Le monde ouvert de Zelda Breath of the Wild est ridicule à côté de Final Fantasy XV, qui rappelons-le attend toujours son patch PS4 Pro. Quand on parle d’une expérience de salon à emporter partout avec soi, ce ne sera sûrement pas la qualité et l’ambition de l’offre PS4 à laquelle les joueurs sont maintenant habitués. Sur GAF et partout ailleurs, les forumeurs sont sans voix.

Au fond, c’est la philosophie même de l’architecture de la nouvelle console qui interpelle : si Sony a fait la PS4 Pro et que Microsoft met autant de force dans une Scorpio encore plus aboutie, c’est que les développeurs sont demandeurs de plus de puissance, pas moins. Les développeurs veulent aller plus loin dans leur art, dépasser en permanence les limites pour inscrire leur nom dans l’histoire du jeu vidéo. Peut-on croire que ces derniers vont passer leur temps à downscaler leurs éclatant moteurs 3D pour la poignée de gugusses qui daignera lever le nez de son Zelda ou de son Mario?

L’indigent disque dur de 32Go interpelle, mais la mémoire de stockage est lourde et chère : un plus gros disque handicaperait le côté portable de l’engin et son prix de lancement. Ce n’est d’ailleurs sûrement pas le point important, puisque les données restent dans la cartouche de jeu et ne s’installent pas dans la console elle-même. De plus, rien n’empêchera de mettre une carte SD balèze en complément. Non-sujet, donc.

A la lumière de ces caractéristiques faiblardes, nombreux sont ceux qui demandent maintenant un prix d’entrée à 199€. Là il convient de s’arrêter et de réfléchir un instant : la New 3DS XL est actuellement vendue à 179€, il y a donc absolument zéro chance pour qu’un hardware tout neuf porteur d’un concept inédit ne coûte que 20€ plus cher! 299€ semble nettement plus plausible, 249€ avec beaucoup de chance et une baisse généralisée du prix de la famille 3DS. Quoi qu’il en soit, le problème reste entier puisque la PS4 Slim se négocie en ce moment pour 259€.

La Switch prend donc le risque d’être un compromis bancal qui ne répond à aucune demande suffisante : elle est trop peu puissante pour les core gamers qui risquent de ne pas y retrouver les AAA occidentaux (ou en tous cas pas dans le même degré de finition), et elle pourra être dans le même temps trop chère pour un grand public désormais nourri à Super Mario Run et attiré par l’offre plus économe d’une 3DS qui continue sa route. Le seul aspect qui peut faire la différence est sa qualité de console portable, car tout indique qu’elle sera un très bonne machine nomade. Mais là encore, les débouchés sont loin d’être assurés. La PSVita n’a pas réussi à percer en occident pour une raison : les gens n’ont pas fondamentalement besoin de jouer pendant leurs déplacements, et n’y a pas de raison que ce besoin émerge quand la Switch arrivera.

La dernière-née de Nintendo n’aurait alors pour seul public que les joueurs encore attachés aux consoles portables, c’est-à-dire les actuels possesseurs de PSVita et la frange core gamer du public acquis à Nintendo. Assez peu pour nourrir le succès d’une console qui, à terme, a la lourde tâche de s’écouler deux fois plus puisqu’elle est une seule machine sur deux créneaux. L’alerte lancée par Digital Foundry est une hypothèque sur le nécessaire succès de la Switch. Nous verrons bien si elle est levée le 13 janvier, ou si elle n’est pas la seule.

5 réponses à “Nintendo Switch, l’impossible grand écart

  1. J’ai vu la présentation de la Switch, putains c’est une grosse blague… Je comprend pas que des personnes qui n’ont pas voulu de la WiiU puissent êtres intéressé par la Switch.

  2. Pingback: Sony, la suprématie totale | Avalon - Ryuzaki57's oblivion·

  3. Par contre y’a un truc qui me chiffonne tu parle d’échec acté pour la 3DS. Hors il me semble que la 3DS n’est pas un échec? Du moins si je regarde les ventes globales (environs 60 millions d’unités), je ne pense pas qu’on puisse dire que c’est un échec. Par contre oui effectivement. Elle se vend beaucoup moins maintenant… Mais bon, c’est pas comme ci elle avait 5 ou 6 ans cette console… Donc il me semble que c’est normal. Après tu pense sûrement à autres choses en disant échec acté? Et dans ce cas je m’excuse de t’avoir embêté pour rien…

  4. Tu as écris l’échec retentissant de la WiiU est acté de la 3DS. Bon j’ai sûrement mal compris excuses moi… Merci d’avoir pris le temps de me répondre c’est gentil.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s