札幌, be ambitious

sapporo-panel

En arrivant à Sapporo, j’ai encore repoussé plus loin les frontières de ma propre exploration. En tant que capitale et point central de Hokkaido, une visite prolongée s’impose pour comprendre l’île septentrionale.

sapporo-hokuto

Malheureusement, plus de shinkansen à partir de là. Le train à grande vitesse japonais n’est en effet pas attendu en gare de Sapporo avant… 2031! Il faut donc recourir au Super Hokutô qui relie en express les villes majeures entre Hakodate et Sapporo. C’est là que l’on se rend compte combien Hokkaido est vaste et complexe : même en express, il faut 4 heures pour parcourir la moitié de la région.

sapporo-seaside

Une fois dépassés les faubourgs de Hakodate, quelques coups d’œils par la fenêtre suffisent pour comprendre qu’on est arrivé dans l’autre Japon. Le Super Hokutô traverse des kilomètres de forêt vierge avant de longer les lacs, puis la côte et ses petits villages. Le Japon de carte postale pendant près de 3 heures! Un voyage en train qui est une attraction en lui-même tant la vue est enivrante. Là, il faut absolument lancer le thème de South Gate de Final Fantasy IX et attendre que les larmes coulent…

sapporo-station

On est donc presque déçu d’arriver à l’imposante gare de Sapporo, pourtant joliment ornée de son horloge stellaire. Presque, car c’était avant de connaître la grande richesse de cette ville et de ses environs.

sapporo-nep

Richesse commerciale tout d’abord. Toutes les grandes enseignes de la culture pop japonaise sont présentes. Animate, Lashinban, Melon Books, Tora no Ana, Book-off, etc. sont tous regroupés et bien placés. Gamers a d’ailleurs un gros rayon Hyperdimension Neptunia : bien qu’au point mort sur le plan vidéo-ludique, la série fait encore bien tourner son marchandising.

sapporo-ln

Beaucoup de trouvailles à faire dans ces rayons qui n’auraient presque rien à envier à Tokyo ou Osaka. La sélection de light novels et mangas est juste magistrale.

sapporo-shopping

Résultat, je m’endors (beaucoup) moins riche, mais ô combien satisfait.

sapporo-jingu

Le lendemain, je me rends à Hokkaido jingu, le sanctuaire shintô le plus important de la ville. Il a été édifié en partie pour accompagner les âmes des mineurs morts au travail. J’observe qu’ici, les gens se penchent en entrant et en sortant du sanctuaire. Est-ce une coutume d’ici, ou aurais-été irrévérencieux durant toutes ces années? 

sapporo-maruyama

Un peu plus loin, voici le moment que j’espérais en secret. Un bon kilomètre d’ascension en forêt! Sans ça, les vacances n’auraient pas été complètes.

sapporo-maruyama-path

C’est pas du gâteau. Pour un parcours de santé en plein milieu de la ville, le chemin est plutôt technique, hérissé de racines et de pierres, et surtout… boueux. Le parcours est à l’ombre des arbres (ce qui là, n’est franchement pas de refus) et le terre ne sèche pas.

sapporo-maruyama-top

Trois quarts d’heure, beaucoup de pauses et encore plus de sueur plus tard, le sommet s’annonce enfin.

sapporo-maruyama-view

Et là, le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on est quand même assez haut. Le mont Maruyama annonce ses 225 mètres à l’arrivée.

sapporo-maruyama-picnic

Des gens déjeunent tranquillement à flanc de falaise. Il faut des sacrées c** franchement : un faux mouvement et tu deviens client du sanctuaire juste en bas.

sapporo-maruyama-back

La descente est encore plus dangereuse que la montée : le dénivelé est bien pire, c’est encore plus glissant et le chemin toujours plus accidenté. Pas fatigués le moins du monde, les gens venant d’en face disent systématiquement bonjour. L’étiquette du grimpeur, je suppose…

toya-lake-a

Rendez-vous le jour suivant à lac Tôya. Il faut 2h15 de train + bus pour se rendre à cette station balnéaire du sud de Hokkaido.

toya-lake

Je ne dispose que de quelques heures. Je tente donc d’aller le plus loin possible sur la rive gauche, mais sans succès. Les voies pédestres s’arrêtent très vite au profit des routes. Rien de formidable à faire en termes de marche, donc…

toya-lake-art

Ce côté compte en revanche énormément de street art, ou plutôt de lake art, en l’occurrence… L’art moderne est extrêmement présent aux abords de la ville et donne une bonne ambiance à la promenade sur le rivage en face.

toya-lake-pgo-3

C’est évidemment excellent aussi pour Pokémon Go : l’endroit a une grande densité d’arènes et de Pokéstops, en dépit de la fréquentation somme toute légère en termes de joueurs. Je place un pokémon dans 3 arènes. Triple bonus!

toya-street

Faut dire que Tôya, c’est pas vraiment St-Trop’. Les rues sont sans vie, les touristes sont rares, presque invisibles. Bien que le lac soit réputé et l’arrière-saison agréable, il n’y a pas grand monde pour venir un lundi de septembre dans un endroit aussi reculé.

toya-onsen

J’ai pris ma fidèle serviette dans l’optique de prendre un bain chaud avant de repartir. De nombreux hôtels possèdent des onsen, et plusieurs ouvrent leurs sources chaudes aux non-résidents dans la journée. Le Tôyakô hantei, est l’un d’eux : impossible de prendre des photos, mais pour que vous sachiez ce que vous ratez, soyez informés qu’il dispose de plusieurs bassins chauds au 9e étage, avec vue sur le lac. Il y a même ces espèces de bacs individuels qui ressemblent un peu à des barils. Un onsen 5 étoiles grisant, tout simplement.

sapporo-ramen-rep

Pour récupérer, quoi de mieux que d’aller au らーめん共和国 (littéralement «la république du ramen») une fois de retour à Sapporo ? Une grande partie du 10 étage de la gare est en effet consacré aux nouilles façon Hokkaido, et une demi-douzaine de restaurants se disputent les clients affamés.

sapporo-ramen

C’est excellent. Les nouilles sont bien cuites et le bouillon est d’une saveur rare. Vive la république!

sapporo-pokemon-center

Un étage plus bas se trouve le Pokémon Center de Sapporo, cité qui décidément, a absolument tout. Pas mal de nouveautés cette année, dont la part belle revient aux Evoli. Cela n’a rien d’étonnant quand on connaît leur présence écrasante dans Pokémon Go.

sapporo-pokemon-center-a

Il y a ce focus étonnant sur les champions de Pokémon Noir & Blanc, accompagnés par l’increvable Cynthia de Diamant & Perle qui affiche sans complexe son intimité avec Percila, membre du Conseil des 4 de Noir & Blanc. C’est dire si les champions de X/Y étaient ratés… Je dis champions, mais vous remarquerez au passage qu’il n’y a que des championnes et aucun champion!

Mais la véritable star de Sapporo, c’est la PSVita! A Bic Camera comme à son concurrent Yodobashi Camera, la portable de Sony bénéficie de rayons tellement étendus que pour nous autres occidentaux, ça relèverait presque de la science-fiction.

sapporo-3ds

Plus grand même que ceux de la 3DS, pourtant bien plus vendue. En fin vie et peu prisée par les éditeurs tiers, la console de Nintendo n’a guère que Pokémon Soleil & Lune pour briller en cette fin d’année. Avec seulement un ou deux titre-clé, ce retrait de la 3DS est finalement logique face à une PSVita qui plus de vingt jeux prévus entre aujourd’hui et décembre.

sapporo-clock

Les deux derniers jours sont consacrés aux monuments historiques de la ville, et en premier lieu la Clock Tower. Ce bâtiment construit en 1878 a connu de nombreuses fonctions telles que bibliothèque, centre culturel ou bureau militaire.

sapporo-clock-bw

Mais à l’origine, la Clock Tower est un auditorium et un centre d’exposition pour l’université d’agronomie de Sapporo. L’horloge est l’œuvre de la Howard Clock Company de Boston.

En effet, quand le gouvernement Meiji crée la commission de développement de Hokkaido en 1869, tout reste à faire dans cette région qui compte moins de 60 000 habitants. Il est donc décidé de faire appel aux nouveaux partenaires américains selon le dicton de l’époque 和魂洋才 (« esprit japonais, technique occidentale »)

Flairant les opportunités de développement, ces derniers ne disent pas non. William Smith Clarke, le directeur de l’université d’agronomie du Massachusetts, arrive avec d’autres confrères en 1876 pour partager ses connaissances avec les pionniers de Hokkaido. Son slogan, resté célèbre, est «Boys, be ambitious». 

sapporo-old-gov

Non loin de là, l’ancien bâtiment préfectoral de Hokkaido, aujourd’hui transformé en musée, nous en apprend plus. Finalisé en 1888 dans le style néo-baroque qui fait fureur à l’époque, il accueille le premier président de région de Hokkaido.

sapporo-star

On sait maintenant d’un vient cette mystérieuse étoile rouge, spécialement visible sur la façade de la Clock Tower. Non, Sapporo n’est pas une base secrète soviétique : les pionniers de la région ont adopté cet emblème très tôt, et l’ont également apposé sur les aliments et la boisson comme on peut le voir ci-dessus. L’étoile est d’ailleurs encore présente sur la bière Sapporo de nos jours, mais elle a viré au jaune.

sapporo-past

Voici une maquette de Sapporo en 1873. Cette année-là, on recense 1949 habitants contre… 1 918 096 de nos jours! En presque 150 ans, la population a été multipliée par mille! C’est dire l’énergie qui a été mise en œuvre dans le développement de la région.

sapporo-clarke

Le musée comporte quelques très belles peintures illustrant la période des pionniers, comme les adieux émouvants de Clarke à ses élèves au moment de rentrer aux Etats-Unis, en 1877. Et là on se retourne et…

sapporo-francesca

J’ai beau être habitué, le gap est franchement sévère. Francesca est un personnage créé pour représenter et contribuer à promouvoir la région d’Ishikari (dont Sapporo est la capitale). Vous aurez tout de suite remarqué le slogan «Girls, be ambitious!» qui fait écho à la devise de Clarke.

Le tout a évidemment donné lieu à une campagne d’affichage et même à un long anime de 24 épisodes où les aventures de Francesca l’amènent naturellement à visiter tous les hauts lieux de la région et en goûter les spécialités. C’est d’ailleurs Clarke qui ressuscite Francesca (qui est un zombie) dans le 1er épisode. Il est clair que les choses ont changé en 150 ans et que les filles aux cheveux roses ont un attrait certain, mais passer de Clarke à une gothic lolita avec un cache-oeil, même pour moi, il faut un temps d’adaptation…

sapporo-imas

Retour en zone commerciale. GEO casse les prix sur Idolmaster Platinum Stars : le neuf est a 5000¥, et ce n’est pas le seul à bénéficier de grosses remises! Trop content de trouver un jeu qui ne dépasse pas le prix budgété, je saute sur l’occasion. Reste à savoir comment l’enseigne peut afficher de tels prix : même à Akihabra, où il y a parfois de grosses différences d’une boutique à l’autre, personne ne pratique des prix pareils.

sapporo-norbesa

Reste une question centrale. On connaît Sapporo pour la bière et les jeux olympiques d’hiver, mais c’est aussi (et j’ai envie de dire, surtout) la ville natale de Hatsune Miku. Le siège de la société Cryton, qui détient les droits du logiciel de synthèse vocale, y est en effet installé. Cependant, rien du tout sur la carte touristique de Sapporo : mais que fait le syndicat d’initiative!? Pas grand chose sur internet non plus, hormis un événement hivernal (donc pas maintenant du tout). Il y a bien un café géré par Crypton a pied de la grande roue, mais j’y fais choux blanc.

sapporo-tower

Peut-être y verrai-je mieux en prenant un peu de hauteur? Montons donc dans la tour de télévision de Sapporo, haute de 147 mètres. Celle-ci n’a pas toute jeune car transmettant depuis 1957. Les larges horloges digitales ont été montées par Matsushita (aujourd’hui Panasonic) en 1961.

sapporo-miku

Et là surprise, au 3e étage, les produits Hatsune Miku sont là! Pochettes, boîtes, il y a tout ce qu’il faut, y compris du délicieux chocolat blanc.

sapporo-tower-view

La vue du sommet donne sur le parc Oodoori, espace vert qui s’entend sur toute la largeur du centre-ville.

sapporo-view

Revenons trois jours en arrière et finissons par la JR Tower, qui elle haute de 173 mètres, offre une vue encore plus incomparable. Un paysage de fin de journée radieux idéal pour la détente, avec naturellement une bonne bière Sapporo. Je l’avais méritée : je revenais de deux heures de montagne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s