E3 2016 – Nintendo, une équation d’inconnue NX

Zelda BoW

Tout le monde s’accorde à dire que la situation du Big N à l’heure de cet E3 2016 est critique. Les ventes déclinent inexorablement, Sony gagne du terrain à grande vitesse au Japon, les éditeurs lui tournent le dos et les joueurs l’écoutent de moins en moins. L’horloge tourne, mais il ne réagit toujours pas.

Le chiffre d’affaires est en baisse sensible (-8%). Les 4 millions de ventes de Splatoon et les 3,5 millions de Mario Maker n’ont pu redresser la barre, tant le reste du line-up a échoué. En particulier, Xenoblade Chronicles X ne s’est guère illustré : le «JRPG convenable» comme ils disent, avec ses 140’000 exemplaires écoulés au Japon et un peu plus de 200’000 aux Etats-Unis, est très loin de transformer l’essai de son successeur qui avait pourtant fait rentrer la licence au panthéon du genre. C’est dire si fondamentalement, cette suite était peu attirante et trop perfectible pour susciter l’engouement. Le titre de Monolith Software ne joue pas dans la «cour des grands» de BloodBorne ou Dark Souls III, ce malgré les notes hypertrophiées à son endroit. Sans doute la prochaine fois, les cadres arrogants y réfléchiront à deux fois avant avant de se poser en empereurs du JRPG, eux qui n’en ont qu’une infime fraction, et que les éditeurs de JRPG évitent comme la peste. Les Yôkai n’ont guère emballé l’occident, une cartouche de plus grillée… Si la WiiU est stable à son faible niveau (moins de 3 millions de machines livrées), les livraisons de 3DS dévissent de 22% par rapport à 2014-2015, même chose pour le software. Avec le désintérêt croissant des éditeurs tiers, le manque de renouvellement de plus en plus flagrant de la plupart des productions maison, l’énorme retard technique sur la concurrence et le succès éphémère de Miitomo, les solutions viennent à manquer.

Mais au final, la comptabilité lui donne raison. Les soldes intermédiaires de gestion sont bons, à l’image du résultat d’exploitation en hausse de 33% à 32 milliars de yens. Nintendo continue de faire la guerre aux coûts de production et de commercialisation : encore -15% cette année. La faiblesse du résultat net (divisé par 2,5) est provoqué par la parité du yen avec les monnaies occidentales, qui ne génère plus un gain mais une perte. Pour ce qui est du coeur de son activité, force de constater que le géant de Kyoto poursuit sa rationalisation financière avec succès. Le bilan est strictement inchangé, toujours excellent. On observera que même isolé et dans les pires difficultés, le constructeur ne perd pas d’argent.

Zelda BoW

Mais faire des économies n’est pas une solution à long terme et le constructeur doit songer à assurer son futur chiffre d’affaires. Il joue donc son va-tout lors de cet E3 2016 en donnant enfin un aperçu concret du nouveau Zelda, sous-titré Breath of the Wild. Il y a de quoi être inquiet tant le downgrade par rapport à la démo technique d’il y a deux ans est faramineux. De ce que TreeHouse a montré mardi soir, il fait penser à Assassin’s Creed 1 avec du cel-shading pour masquer la pauvreté des textures. Le monde est atrocement dépouillé, la densité frise celles des plaines de l’Oregon… Les deux mini-donjons présentés ont duré cinq minutes : 5 minutes de puzzle tous les 2 ou 3 kilomètres de marche, est-ce là la promesse de gameplay d’un Legend of Zelda? Nintendo semble refaire la même erreur que pour Xenoblade Chronicles X, à savoir la superficie à tout prix au détriment de l’ambiance et la narration : l’atmosphère de ce nouveau Zelda paraît tellement… neutre. Les joyeux présentateurs de TreeHouse rejoignent de temps en temps le sommet pour montrer la vue. Peine perdue, l’horizon n’affiche rien de comparable à Xenoblade Chronicles X sortit un an plus tôt. En mettant son monde ouvert à côté de celui de WatchDogs 2, Nintendo achève de prouver que son savoir-faire a 5 ans de retard sur le reste de l’industrie. Si comme Aonuma-san le dit, le jeu reste identique sur NX, le «Soupir Sauvage» ne rivalisera pas deux minutes avec les productions PS4 de 2017.

Leifa

Nintendo avait tout de mêmes deux nouveaux jeux pour cet E3. Ever Oasis, un RPG 3DS sans envergure au design aussi peu attirant que CodeName STEAM (énorme échec annoncé dans des circonstances similaires), et Mario Party Star Rush, qui se passe de commentaires tant le niveau de recyclage est indécent. On comprend pouquoi il n’y a pas eu de Nintendo Direct… Le reste du line-up est loin d’être mauvais, avec notamment Dragon Quest VII, Tokyo Mirage Sessions #FE, Ace Attorney 6 Spirit of Justice et surtout Pokemon Sun/Moon qui devrait à lui tout seul assurer le coup pour le constructeur en fin d’année. La licence de Game Freak n’a montré aucun signe de faiblesse en 20 ans. Pour peu que ces jeux soient intéressants ou très certainement millionnaire pour le dernier, ils ne sont pas à même de propulser Nintendo sur le devant de la scène ou de faire vibrer les forums et autres colonnes de commentaires. De fait, l’actualité WiiU/3DS est rapidement noyée dans la déferlante d’information en provenance des deux autres constructeurs. Sans la NX, Nintendo est condamné à être au second plan.

La NX, c’est encore Ubisoft qui en parle le mieux (ou qui en parle tout court d’ailleurs). Le français annonce en effet son intention de sortir le prochain Just Dance sur la future console, et déclare penser «qu’elle a le potentiel pour ramener le public de la Wii». J’aimerais que l’on s’arrête une minute pour bien réaliser la magnitude de cette conjonction de faits : Ubisoft porte Just Dance sur NX, mais se garde bien d’annoncer la même chose pour Ghost Recon Wildlands, WatchDogs 2 ou tout autre jeu pensé pour les core gamers. En plus de cela, il déclare que la prochaine console de Nintendo plaira sans doute aux casual gamers. A la lumière de ces informations (dont je doute que la révélation ait été autorisée), la NX ne serait-elle une machine construite spécifiquement pour le grand public et les fans historiques de la marque, sans intention de se hisser au niveau de ses concurrents? Cela rejoindrait les sources d’Emily Rogers (célèbre insider chez Nintendo) qui disait il y a peu que «la NX était plus proche d’une XboxOne que d’une PS4 en termes de puissance» et qu’elle «ne balayerait pas les consoles actuelles». Si tout cela est vrai, la NX serait à son tour promptement balayée par la PS4Neo et la XboxOne Scorpio. De fait, Nintendo déclarerait forfait dans la guerre des consoles.

Quoiqu’il en soit, le fait que la NX ne soit pas à l’E3 signifie tout simplement que rien n’est prêt. Aucun jeu ne peut être montré : soit le développement est difficile (Nintendo est en train d’apprendre péniblement ce que la plupart des développeurs savent faire depuis 5 ou 6 ans), soit le hardware pose problème, soit le soutien des éditeurs tiers fait défaut. La sortie fixée à Mars 2017 ressemble fort à une deadline à caractère financier : il faut que les revenus du lancement comptent pour la clôture de l’année fiscale, quitte à finir les jeux en catastrophe et créer la pagaille à la sortie. Impossible de conclure, l’avenir du Big N n’a jamais été aussi brumeux.

Une réponse à “E3 2016 – Nintendo, une équation d’inconnue NX

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s