Test – Senran Kagura Estival Versus

Senran Kagura Estival Versus Gessen

Après l’échec de Senran Kagura 2 Deep Crimson sur 3DS, la série de jeux d’action à forte composante érotique Senran Kagura revient sur Playstation ou elle est économiquement la plus viable. A cette occasion, cette série jusque-là cantonnée aux consoles portables arrive dans les salons avec une version Playstation 4 en plus de celle sur PSVita.

Senran Kagura Estival Versus Ryobi Ryona

Si Senran Kagura Shinobi Versus était bien plus qu’un spin-off, ce Senran Kagura Estival Versus est lui bien un épisode parallèle sans grande portée scénaristique. Les 20 personnages du précédent volet sur PSVita sont transportés sur une île paradisiaque où les quatre écoles devront s’affronter dans le cadre du Kagura Sennensai, festival millénaire destiné à apaiser l’esprit des ninjas défunts pour leur passage dans l’autre monde. L’enjeu n’est rien d’autre que le titre de Kagura, le but ultime de chaque Kunoichi (terme désignant les femmes ninjas). Cependant, cette base de scénario ne sera jamais sérieusement exploitée au cours de l’aventure, qui n’est au final qu’un prétexte pour des batailles sexy entre filles. Le seul vrai développement narratif concerne Ryôbi et Ryôna : les deux sœurs issues de Senran Kagura Shinobi Versus vont retrouver leur aînée Ryôki, ressuscitée le temps du festival.

Senran Kagura Estival Versus Renka Hanabi Kafuru

PSVita

Seules restent les sempiternelles blagues qui parsèment les 8 chapitres de l’histoire principale, mais l’humour de Senran Kagura commence a trouver ses limites et à devenir redondant. En outre, les limites de la mise en scène commencent a se faire sentir en l’absence de toute narration crédible, car trop d’éléments sont encore racontés sur fond noir et le côté visual novel devient ennuyeux et même inadapté. Un exemple tout bête : une de ces séquences purement textuelles raconte le combat entre Yumi et son grand-père revenu d’entre les morts. N’aurait-il pas été plus judicieux d’en faire un combat en bonne et due forme et de laisser le joueur vivre cela en direct? Autre manquement, le background des sœurs Mikagura, développé tout au long du jeu, ne trouve aucune conclusion claire. Tout ces éléments montrent que Marvelous a décidé de vider ce nouvel épisode Playstation de sa substance narrative pour assurer la primauté de la série principale, qu’on peut s’attendre à voir arriver sur NX. C’est un SCANDALE! Nous sommes les principaux clients de la licence Senran Kagura, nous avons droit à TOUT. On se consolera comme on peut avec les nombreuses illustrations toujours très sympathiques présentes dans cet opus.

Senran Kagura ESTIVAL VERSUS_20150508002508

PS4

En termes de gameplay en revanche, la série va dans le bon sens. A l’image de Senran Kagura Shinobi Versus, chaque «mission» vous opposera a une multitude d’ennemis, puis à une ou plusieurs rivales. C’est la un point très important : cet épisode vous mettra très souvent à 1 contre 2 ou 3! Cela donne une action hyper-rapide et des confrontations vraiment intenses, surtout que l’IA des ennemies est ultra-agressive. Celles-ci ne vous lâchent pas d’une semelle et n’hésitent pas à utiliser leurs attaques spéciales à répétition. Il faut donc extrêmement alerte, agile et viser les combos aériens qui font la différence. C’est d’ailleurs presque trop fouillis ou frustrant par moment, car votre personnage est (beaucoup) trop souvent étourdi ou victime d’états anormaux. Pour éviter d’être bêtement bloqué de la sorte, les contrôles incluent plusieurs possibilités de contre notamment en prenant appui sur les murs. Au final, on regrettera encore en toujours la caméra capricieuse à proximité des murs.

Senran Kagura Estival Versus Yumi

PSVita

La série réajuste enfin son challenge avec cette fois trois niveaux de difficulté au lieu de deux : ceux qui veulent en baver comme ceux qui veulent aller vite en auront pour leur argent. Pour l’emporter, il sera encore une fois question de faire bon usage des ninpôs, ces puissantes techniques spéciales exécutées avec L1+carrée ou triangle. Toujours plus spectaculaires, ces dernières ont encore une fois l’objet d’une mise en scène dantesque, mêmes si certaines sont plus ridicules qu’épiques. Ce dernier titre en ajoute un troisième, qui est en réalité en transformation : cette métamorphose qui consomme presque tous vos points de technique est d’une puissance incomparable, capable de balayer un boss d’un seul coup! Miyabi prend par exemple une forme angélique alors que Homura dégaine son fameux septième katana. En résumé, le gameplay de Senran Kagura Estival Versus est tout bonnement inversement proportionnel à sa narration, énergique et impressionnant.

Senran Kagura ESTIVAL VERSUS_20150426163301

PS4

Après un Senran Kagura Shinobi Versus plutôt long, Marvelous livre là encore un contenu fourni qui occupera au bas mot 30 à 40 heures. En plus des huit chapitres de l’aventure principale, le jeu contient un mini-défi consistant à trouver et à détruire des autels dissimulés dans les missions. Défi qui lui-même débloque les mini-histoires purement humoristiques propres à chacune des 25 filles du jeu. De plus, les nombreuses mises à jour intervenues au Japon ont rajouté de nouveaux chapitres parallèles gratuitement. Si toutefois tout ceci n’était pas assez, le mode multijoueur en ligne est reconduit avec de nombreux modes de jeux (score attack, match par équipes, capture de drapeau, survie…) et jouable à 4. Les règles sont entièrement paramétrables avec la présence éventuelle de concurrents gérés par l’IA, le matchmaking est très rapide et même à plusieurs le jeu ne ralentit jamais.

Senran Kagura Estival Versus Kafuru

PSVita

Les cinq nouveaux personnages sont plutôt inégaux, notamment dans leur façon de se battre. Des trois sœurs Mikagura, la cadette Kafuru est probablement la plus intéressante et la plus drôle : combattant à mi-distance avec ses pistolets à eau (!), elle est assistée par un dauphin à la voix virile ! Renka est un peu plus anecdotique avec ses tambourins, et Hanabi est carrément trop lente pour être efficace dans les combats effrénés. Clairement, ces trois-là trouvent leur inspiration dans le sud du Japon, réputé pour sa période estivale.

Senran Kagura Estival Versus Ryoki av

PSVita

Ryôki, qui est un peu la nouvelle star de cet épisode, est sans surprise la nouvelle venue la plus travaillée. Son style de combat est parfaitement en phase avec sa personnalité : dans un état second, elle n’hésitera pas à lâcher son fusil à pompe et son bouclier pour foncer dans le tas armée de son seul cercueil !

Senran Kagura ESTIVAL VERSUS_20150530002516

PS4

Enfin et pour ceux qui ont quelques économies en marge de l’achat du jeu, il y a eu une longue saison de DLC avec de arrivantes plus réussies les unes que les autres, pour un total final de 35 personnages jouables (notez que Rin et Daidôji sont gratuites). Chacune des invitées de marque, dont Ayane de Dead or Alive, le trio de Ikki Tôsen (ndlr : pour des raisons de droits, elles ne devraient pas être dispo en occident) ou encore Naraku & Kagura (ces deux dernières issues de Senran Kagura 2 Deep Crimson où elles n’étaient pas jouables), ont fait l’objet d’un travail minutieux qui les rend aussi agréables à jouer, sinon plus, que les «titulaires».

Senran Kagura ESTIVAL VERSUS_20150514222118

PS4

Au niveau purement technique, le titre de Marvelous reste un jeu de niche et ne tire évidemment pas le maximum de la PS4. Les environnements restent étriqués et simplistes, les ennemis banals sont assez maladroitement modélisés et animés. Sans surprise, le paquet a été mis sur les héroïnes qui ont vu leurs formes toujours généreuses s’affiner un peu plus, avec des contours très propres et un niveau de détail rehaussé. Il en va de même pour les effets spéciaux lors des ninpôs qui sont beaucoup plus propres et colorés. Et à cela il faut ajouter une interface de très grande classe, ainsi que le meilleur écran-titre de tous les temps : celui-ci est dynamique et il y en a une bonne dizaine en fonction des personnages que vous jouez. Avec ça et les 60 images par secondes sur la console de salon, le plaisir des yeux est garanti.

Senran Kagura Estival Versus Homura

PSVita

Sur PSVita, le jeu perd forcément en finesse et en fluidité, mais il se défend quand même très bien. A l’inverse d’autres éditeurs qui négligent les versions PSVita au profit du lead-développement sur PS4, Marvelous a travaillé au maximum sa mouture portable : le cel-shading de Senran Kagura Shinobi Versus a disparu pour laisser la place à des modèles 3D beaucoup plus nets qui n’ont pas tant que ça à envier à la version PS4. Le jeu ralentit quand même sévèrement par endroit, mais c’est le prix à payer pour l’avoir toujours avec soi. Côté musiques, ce nouvel opus ne rivalise pas avec les anciens, je ne retiens que le thème d’Homura et iza, atuski omoi o mune ni! qui fut une excellente composition finale.

Senran Kagura ESTIVAL VERSUS_20160221225547

PS4

Évidemment, impossible de clore le test d’un Senran Kagura sans parler de son fond de commerce licencieux. Les destructions de costumes vont intervenir un peu moins souvent afin de ne pas trop gêner le flux des combats, mais sont en revanche nettement plus suggestives que dans le précédent! Très clairement, les poses et les expressions des visages font tellement de surenchère qu’on en considérerait presque les anciens épisodes comme timides…

Senran Kagura Estival Versus Ikaruga basket

PSVita

Et parce qu’il faut innover sur tous les plans, le nouveau titre de Kenichirô Takaki introduit ce que l’on appelle dans la version originale les puru puru finish. Ces «fatalités» en quelque sorte consistent à donner le coup fatal à un adversaire près d’un élément du décor qui va déclencher une petite scène un brin libertine où la nudité est de rigueur. Vous l’avez compris, Senran Kagura Estival Versus ne connaît pas le mot «compromis» et n’est pas à mettre entre toutes les mains. Il est d’ailleurs assez drôle de constater que le jeu n’est « que » PEGI16 chez nous, alors qu’il est réservé aux 17 ans et plus sur l’Archipel. Comme quoi, les barrières culturelles ne sont pas si infranchissables que ça…

Senran Kagura Estival Versus est aussi aguicheur et excitant qu’il est mal raconté. Les raffinements du gameplay sont là, la qualité graphique assurée et la surenchère sexy record. Seulement, son refus de proposer au joueur une narration digne des précédents l’empêche d’être le réel aboutissement de la vision de Kenichirô Takaki. Il est passé tout prêt de l’exploit.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s