Preview – Tom Clancy’s The Division

TD

The Division est l’un des trois grands AAA que j’attends particulièrement cette année. Ayant loupé de quelques heures seulement la beta fermée accessible via la réservation du titre, c’est soulagé que je me lance dans sa version publique.

Peu de blabla dans cette beta proposée par Ubisoft. L’histoire du jeu n’est qu’évoquée et il faut lire entre les lignes pour saisir la situation un peu nébuleuse du New York de Tom Clancy. Un virus mystérieux est un train d’éradiquer la population et pour ne rien arranger, une milice armée appelée les rioters met la ville à feu et à sang.

Tom Clancy's The Division™ Beta_20160220192129

Cette imprécision du scénario n’empêche toutefois pas de saisir l’extraordinaire ambiance qui émane du TPS/RPG d’Ubisoft. Nous sommes en pleine période des fêtes, il neige, et pourtant la désolation plane sur la métropole habituellement si joviale : l’oxymore est saisissante. Les derniers défenseurs de la cité (vous) s’activent dans des QG de fortune mis sur pied à la hâte avec de modestes tentes, il y a des sas de décontamination partout et on croise aux hasards des chemins un mémorial aux victimes ou une nuée de corbeaux… Le thème musical du jeu renforce le mysticisme et vos alliés hurlent sur les canaux de communications quand la situation s’envenime. Pas de doute, l’ambiance post-apocalyptique est au rendez-vous.

Tom Clancy's The Division™ Beta_20160220161309

Graphiquement, downgrade ou pas, c’est très impressionnant tant New York est photo-réaliste et les animations de combat forcent le respect. Les effets de lumière sont merveilleux et la météo changeante est remarquable. On n’en attendait pas moins après la magnificence de Watchdogs.

Fort de l’expérience de l’éditeur sur Watchdogs, The Division semble déjà bénéficier des atouts d’un open-world réussi : la ville est vivante, même si, insécurité oblige, les chiens errants sont plus nombreux que les rares passants hagards. Le plus intéressant reste la très bonne densité, déjà dans cette beta, des missions à réaliser : en plus des objectifs principaux, de nombreux mini-défis vous attendent pratiquement à chaque coin de rue. Assaillir une planque ennemie, retrouver un tueur, venir en soutien dans une échauffourée, libérer des otages, réparer une antenne… Petit bémol cependant, car à ce stade le déroulement de ces missions est assez répétitif et beaucoup moins varié que Watchdogs et la verticalité bien moins complexe que dans ce dernier. Petit détail amusant : un réseau d’égouts a été entièrement modélisé, on peut donc passer sous la ville.

Tom Clancy's The Division™ Beta_20160220180704

Le poste de commandement central est en ruines, et c’est à vous que revient la tâche de le remettre en fonctionnement. On ira tout d’abord chercher des personnages-clé (médecin, ingénieur, etc) pour rouvrir les différentes ailes de la base (infirmerie, sécurité et ingénierie). Une fois le spécialiste en place, il faudra améliorer chaque service en dépensant des points de compétence propres (l’infirmerie requiert à priori des points «médicaux»), chaque spécialité débloquée allouant des nouvelles compétences pour votre personnage. L’occasion de rappeler que The Division est bien un RPG, et que conséquemment vous gagnez de l’expérience, montez de niveau, et disposez de compétences actives à assigner aux boutons de tranche.

Tom Clancy's The Division™ Beta_20160220191337

Les combats se révèlent fort accrocheurs : tout repose sur la capacité du joueur à se mettre à couvert et à en changer quand la situation l’exige. Toute tentative d’assaut à découvert relève du suicide étant donnée la faible résistance de votre tireur. Il faut donc être malin et longer les éléments du décor de façon à prendre l’ennemi sur son flanc, et être aussi précis que rapide dans les tirs croisés. C’est vraiment une ambiance de guerre urbaine comme on en avait rarement vu jusqu’alors. Mais le revers de la médaille, c’est qu’entre croix utilisé pour la couverture et rond pour sauter au-dessus des obstacles, il est assez fréquent de voir son personnage bloqué ou effectuer une action non-désirée. La précision des mouvements est plutôt à revoir. La physique de l’arme est ahurissante de réalisme : le recul du M4 est très important et faut très vite apprendre à le gérer en ajustant sa visée et en limitant les rafales de tirs. Soyons clairs, le call of dutiste moyen habitué à sa mitraillette fantaisiste et à son auto-aim de mariolle n’ira pas bien loin.

Tom Clancy's The Division™ Beta_20160220181117

Mais nous sommes dans un RPG et il faudra faire évoluer son équipement petit à petit. Comme dans Destiny, les armes et protections exigent que vous atteigniez un certain niveau pour pouvoir vous en équiper. Plus le niveau exigé est grand, plus les gains en paramètres de combat sont élevés. Après cela, les armes sont customisables au moyen de divers accessoires (silencieux, meilleure lunette, poignée pour la stabilité…), ce qui permettra aux perfectionnistes de se préparer l’arsenal ultime. Franchement, on nage pas dans le fric dans cette beta, donc il ne faut pas trop compter sur les vendeurs du QG mais plutôt sur le loot consécutif aux assauts. On a le bonheur de ramasser ce petit joujou qui n’est autre que le Mosin-Nagant, vieux fusil sniper russe aperçu dans la série Metal Gear.

Tom Clancy's The Division™ Beta_20160220184647

On s’aperçoit très vite que The Division ne rigole pas question challenge : dès la mission 2, c’est infaisable. Il faut 1 ou 2 chargeurs pour éliminer le moindre milicien, et ceux-ci sont dotés d’une IA redoutable car ils sont souvent en mouvement, visent très bien et vous ARROSENT de grenades étourdissantes. Ceci couplé à la difficulté d’être précis fait qu’on ne peut guère s’en sortir tout seul. Il faut donc faire appel à des alliés pour se jeter dans les missions en coopération, comme dans Call of Duty Black Ops III. Le matchmaking est totalement bordélique, mais une fois qu’on est dans une session à plusieurs, le jeu devient vraiment passionnant, d’autant que la stabilité des serveurs n’est pas prise en défaut.

Je ressors très satisfait de cette beta car The Division se dessine exactement comme je l’avais imaginé : une expérience connectée, coopérative, qui mélange le plaisir et l’intensité des combats à l’arme à feu avec la saveur d’une progression et d’une montée en puissance de type RPG.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s