Test – Moero Chronicle

snowball

Suite officieuse de Monster Monpiece, Moero Chronicle range le jeu de cartes pour revenir à du dungeon-RPG plus traditionnel. Même si Idea Factory ne dit mot quant à une éventuelle arrivée du titre chez nous, les aficionados peuvent ont d’ores et déjà une session de rattrapage avec la version Asia sortie il y a peu en anglais.

Comment définir Moero Chronicle? Après quelques heures, le constant s’impose : nous sommes devant le premier Pokémon-like PEGI18 de l’histoire! En effet, les mécaniques de jeu sont tout à fait semblables à celles de la série multi-millionnaire de Nintendo, les adorables créatures étant juste remplacées par des monster girls sexy. A part cela, tout est pareil : il faut dénicher les demoiselles à travers les donjons et le battre pour s’assurer leur coopération. Une fois que vous avez formé votre équipe, les tactiques sont là aussi proches puisque vous allez définir un ou plusieurs soigneur(s), défenseur(s) et attaquant(s) physique/magique. Derrière votre groupe de 5 filles, le héros très simplement prénommé Io (prononcer i-o) aura pour rôle de les encourager pour booster leur capacités ou user d’objets lorsque la situation devient critique.

Imp

Comme attendu, le scénario de Moero Chronicle n’est qu’un prétexte pour aller choper des jolies démones dans des donjons, ce en quoi vous ne faites pas erreur (ndlr : comprenne qui pourra). Les monster girls censées vivre en harmonie avec les humains ont perdu la boule et sont devenues agressives. A vous de les remettre sur le droit chemin, avec évidemment la méthode la plus inorthodoxe possible, puisqu’il s’agira primo de détruire leurs vêtements, puis de jouer de l’écran tactile en divers points de leur anatomie. Attention, le temps est limité et il est rare d’y arriver du premier coup. Cela oblige en outre à se retaper le combat, ce qui n’est guère pratique en dépit du surcroît de points d’expérience obtenu. Les donjons sont au nombre de 6 avec à chaque fois un thème différent (forêt, neige, espace, etc.) et comportent tous plusieurs monster girls dont un leader qu’il faudra battre pour avancer dans l’histoire. Ces derniers sont les personnages principaux, les seuls d’ailleurs qui apparaîtront dans la narration.

Calypso a

Compile Heart ne livre pas moins là un RPG extrêmement exigeant, puisqu’il est impossible de faire 500 mètres sans une stratégie en béton. Cela implique de constituer une équipe équilibrée et de bien l’entraîner, de bien l’équiper et de choisir des skills lists complémentaires. Chaque monster girl possède 4 skill lists correspondant à différents costumes que vous pouvez leur faire revêtir, et qui sont (bien) planqués dans les donjons. Celles-ci sont plus ou moins orientées attaque ou défense selon le rôle que vous souhaitez donner à votre protégée. Les filles ont aussi des personnalités (Ojôsama Loli, etc) qui ont des divers effets sont certaines conditions et/ou quand on les combine.

will

Moero Chronicle est particulièrement old-school dans la mesure où l’apprentissage des capacités est TRES long et que tous vos personnages ne montent pas de niveau à la même vitesse (cela peut être néanmoins accéléré à l’auberge via l’amélioration des chambres, mais l’effet n’est pas transcendant). Chose fort embêtante si comme moi vous loupez certaines monster girls en allant trop vite dans les donjons, car en revenant trop tard elles deviennent inutilisables car trop faibles, et il faudrait 3 semaines pour les remettre au niveau. Signalons enfin que les combats aléatoires sont très nombreux. Mais quand je dis «très», c’est que même équipé de l’objet qui réduit leur fréquence, ça reste à la limite du supportable! Vous avez donc à faire de l’expérience comme un forcené, ce qui est heureusement compensé par le mode facile fort à propos pour éviter l’écœurement.

Ce n’est pas tout, car toute tentative de mémoriser l’architecture alambiquée des donjons provoque l’évanouissement. Ces derniers comportent 4 à 7 étages, avec évidemment des tas de pièges tels que des téléporteurs, des labyrinthes sur glace, etc. Ajoutez à cela la relative rareté des approvisionnements qui pèse lourdement sur votre avancée, la menace permanente d’attaques surprises qui vous OHKO un perso et les monster girls de haut niveau qui rôdent ici et là, et vous comprenez à quel point l’exploration demande des nerfs d’acier.

Io

Si Moero Chronicle donne tout dans son gameplay en termes de fan-service, il est étonnamment sage dans tout le reste. Il y a certes pas mal de costumes très très sexy, mais les très rares illustrations font davantage penser à un shônen classique qu’à un jeu 17 ans et + comme il est classé sur l’Archipel. Dans l’ensemble, le tout est finalement assez bon enfant et il est dommage que Moero Chronicle n’assume pas ses promesses d’érotisme jusqu’au bout.

menu

Pour le reste, le design est vraiment très travaillé (sauf les monstres plus que louches) et l’interface est très agréable à l’œil, ça rend fabuleusement bien sur OLED. les monster girls sont vraiment très réussies : il y en a des dizaines, pour tous les goûts, et leur doublage est proprement génial. Il est très surprenant du côté musical, avec une OST très au-dessus de la moyenne des RPGs de niches. Les thèmes de boss ont un petit côté grandiose qui prend bien, la plupart des autres sont rigolotes et rythmées (surtout celle de la boutique de laquelle je ne décroche pas).

Dungeon-RPG hardcore mais accrocheur qui est doté d’un postgame étendu, mais jeu ecchi qui ne s’assume pas totalement, Moero Chronicle n’en est pas moins très agréable grâce à un casting de choc et de charme. Visuellement et musicalement hypnotique, il se démarque assez pour faire sensation dans le genre.

Une réponse à “Test – Moero Chronicle

  1. Si il ne se fait pas localiser(avec la nouvelle politique d’Idea Factory international) ou qu’il se fait censurer comme le premier(que j’ai acheté), je l’importerais bien un jour. J’oublie toujours qu’il y a quelques jeux en sub.anglais en version asia(sans compat.DLC sur PSN jap.). Puis, Compile + Heart = interface soigné, coloré, rapide à l' »input »(moins vita), simple à comprendre, avec un save et load toujours pratique. Je m’étais promis de ne pas vraiment écrire pendant les fêtes…mais bon. Petite sortit de sujet, pour les personne qui jouent à legend of heroes ToCS/Sen no kiseki ne faites pas comme moi. Je regardais les trophés »ha…il en a un si on passe le jeu à Nightmare, puis pourquoi je passerais le jeu plusieurs fois de toute façon? ». j’ai joué sans problème à cette difficulté jusqu’au boss de la statue qui est imbattable…dans le prologue(le prologue!) À ce point, jouer tactique n’est pas assez et si c’est trop infaisable, je recommencerai en Normal. « Grinding time » 0_0 =_= >_< ^0^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s