Test – Call of Duty Black Ops III

Call of Duty®: Black Ops III Multiplayer Beta_20150820215937

Plus jamais ça. Après le désastre Modern Warfare 3, je m’étais promis de ne plus acheter un Call of Duty au lancement. Mais vu les bons souvenirs que j’ai de Black Ops I & II et que 2015 est une année cruciale en tant que premier partenariat Playstation, les circonstances me font ressortir 70€ en cette fin 2015.

Si le multi n’avait pas démérité, la campagne est sans doute le point fort des précédents Black Ops. C’est donc tout naturellement que mon attention se porte sur cette dernière en ce troisième épisode.

Call of Duty®: Black Ops III_20151108135510

L’histoire de Call of Duty Black Ops III s’ouvre sur on monde en crise, en proie aux désastres climatiques et à l’insurrection civile. Postulat intéressant mais qui hélas n’est pas exploité par la suite. Les premières missions très poussives vous mettant face à des groupes paramilitaires, avec en toile de fond la poursuite d’un traître de votre unité. Jusque-là, rien de nouveau sous le soleil.

Call of Duty®: Black Ops III_20151109222344

Ce n’est qu’ensuite que la campagne dévoile son vrai visage. Déjà, vous pouvez organiser votre équipement comme vous le sentez, dans un schéma similaire au multijoueur compétitif, ce qui permet de très vite retrouver ses marques. Ceci est d’autant plus agréable que les différentes armes se débloquent très rapidement (bien plus vite qu’en multijoueur compétitif), ce qui me fait jouer très vite avec le SVG-100, fusil sniper pittoresque avec ses petites ventilations qui s’ouvrent après chaque tir pour le refroidir. Vous allez pouvoir aussi régler vos équipements cybernétiques, puisque dans Black Ops III, vous êtes à moitié machine à la manière d’un Deus Ex Human Revolution.

Call of Duty®: Black Ops III_20151108141545

Call of Duty Black Ops III joue plus que jamais la carte de la guerre futuriste puisqu’en plus des soldats classiques, le jeu vous mettra contre toute à gamme de robots en autres armes mécaniques aux attributs variés. Leurs comportements d’attaque sont vraiment très différents et plus vils les uns que les autres, ce qui fait que l’on va de surprise en surprise : Treyarch livre là une action intense et prenante (malgré quelques phases bien monotones comme en avion), renforcée par la nécessité de jouer en Hardened pour acquérir les trophées liés à la campagne. Le challenge y est bien construit et le sentiment d’accomplissement est fort. Face a tout cela, vous avez trois arbres de skills avec chacun leur spécialité : piratage, force brute ou brouillage. Cela permet de vivre l’action selon son propre style, ou de varier les plaisirs. Le brouillage permet de faire imploser les machines ou de neutraliser les gardes, le plus intéressant restant de prendre le contrôle des mechas de l’adversaire pour les retourner contre eux!

Call of Duty®: Black Ops III_20151107122546

La campagne est encore plus passionnante à plusieurs avec le mode coopération qui est la grosse innovation de ce Call of Duty Black Ops III. Même si le matchmaking s’est révélé parfois hasardeux sur ces quelques jours, il est relativement facile de trouver une partie publique et l’on peut se lancer dans un front commun sans attendre. Le système de jeu favorise l’entraide car si même un seul joueur meurt, la mission est un échec! Les cyborgs sont encore plus nombreux et solides, d’où une lutte encore plus acharnée et une fraternité renforcée entre joueurs. La campagne à 4 est une toute autre manière de voir le FPS, le sniper que je suis couvrant ses équipiers de l’arrière au lieu de foncer tout seul comme en solo. Dommage cependant que l’on ne puisse pas filtrer la difficulté avant d’entrer dans un partie, ce qui oblige à aller et revenir.

Call of Duty®: Black Ops III_20151108145223

Malgré le début classique, le scénario de Call of Duty Black Ops III se désolidarise très vite des précédents. La recherche du traître se transforme en lutte contre un virus informatique affectant les soldats augmentés technologiquement. On n’est plus du tout dans la guerre patriotique, puisque par ailleurs, l’Etat lui aussi est «méchant». Une audace scénaristique appréciable même si le tout reste assez diffus et trop peu développé pour bien raccrocher les idées les unes aux autres. Il y a quand même un côté stylistique très intéressant dans ce Call of Duty Black Ops III qui multiplie les délires psychédéliques dans la seconde partie de l’aventure et évoque des concepts assez marquants comme la Frozen Forest, qui réveille chez moi des souvenirs profondément enfouis. Bref, dans son chaos, l’histoire de Call of Duty Black Ops III arrive à faire sens et à développer sa vision malgré tout. Le bilan de cette campagne est donc plutôt bon, dans la lignée des précédents. On regrette en revanche de revenir au dirigisme quand Black Ops II, avec ses choix et ses phases STR, apportait une plus-value supérieure. 

Graphiquement parlant, ce dernier opus est sensiblement plus poli que les deux précédents sur PS4. La modélisation a clairement évolué (c’est très frappant quand on lance Advance Warfare juste derrière), les décors sont beaucoup plus impressionnants et les contours et détails sont plus nets. La musique reste anecdotique, sauf là encore le thème de la Frozen Forest.

On en arrive au multijoueur compétitif, et là, c’est le drame. L’idée des spécialistes est bonne, mais leurs particularités sont trop discrètes : juste le choix entre deux pouvoirs spéciaux, c’est trop peu. J’aurais attendu des compétences passives qui permettent de différencier les rôles et donner des avantages plus marqués que les compétences de soutien classiques. L’Outrider, classe Recon classique, est très cool avec son look très “ninja du 21e siècle”, mais n’a aucun attribut vraiment exploitable.

Call of Duty®: Black Ops III Multiplayer Beta_20150820225051

L’arc est bien classieux comme attendu, mais plutôt coton à utiliser et du coup il n’octroie pas un réel avantage. On peut modifier la portée de la flèche avec le bouton analogique pour adapter son tir à la situation, et dans tous les cas elle explose à l’impact comme avec l’arbalète du premier Black Ops. Notez que c’est une arme spécialiste et qu’elle n’est disponible qu’à intervalles. Mauvais point : vous la perdez instantanément si vous êtes tués. Ce qui, étant donnée la rapidité des fusillades, est un choix contestable. Le 2e outil de l’Outrider est une sorte de sonar qui permet de repérer les ennemis proches, mais sa portée est extrêmement limitée. Au bout du compte, l’Outrider est un sniper sans les avantages que conféraient les perks des anciens CoD. Il n’est d’ailleurs jamais utilisé en tant que tel, beaucoup de gens la jouant avec un simple fusil d’assault. Preuve finale que le spécialiste n’est en gros qu’un skin du soldat de base.

Call of Duty®: Black Ops III Multiplayer Beta_20150821225431

On soulignera encore l’excellence du design général de ce Call of Duty Black Ops III, les armes futuristes étant très travaillées jusque dans les plus petits détails graphiques, la personnalisation poussée, en plus du menu général très léché avec son spécialiste en vedette. C’est vraiment une très belle interface pour les amoureux de la technologie d’infanterie moderne. Je regrette d’ailleurs de ne pas avoir les spécialistes pour la campagne qui a des persos au look bien ringard…

Call of Duty®: Black Ops III_20151107002706

Le rêve s’effondre après seulement 2 ou 3 heures : les cartes sont minuscules et pleines d’obstruction. C’est un miracle d’avoir ne serait-ce que 30m de profondeur de champ! Dans ces conditions, impossible de scorer correctement au sniper. C’est quand même incroyable : les cartes de Modern Warfare 2, il y a 6 ANS lors de la génération PRECEDENTE, étaient 3 fois plus grandes et mieux pensées que cette série de couloirs indigestes. Tout ça pour pas se fouler et faire encore du 6 vs 6, aujourd’hui sur PS4, alors que Battlefield 4 a des cartes à 64 joueurs! Il y a là vraiment une volonté de tirer la série vers le bas et d’éliminer toute finesse de gameplay. En plus le grossissement des lunettes est carrément minable, on est sur du x2, pas plus… Mais sérieux même la PSO1 de mon airsoft grossit mieux que ça!

Call of Duty®: Black Ops III_20151107235958

Comme toujours depuis Modern Warfare 3, qui est vraiment la racine du mal, les fusils d’assaut et les mitrailleuses légères sont, comme c’est trop souvent le cas depuis quelques années, trop précises et trop puissantes quelque soit la distance pour gagner ses duels avec une arme de précision. Du coup, le ratio en prend un coup, d’autant plus que les déplacements sont plus rapides et rendus très aléatoires par le double-saut : on a un peu l’impression de faire du tir au pigeon, sauf qu’ici les pigeons vous agressent… Le résultat est un fouillis insupportable sans aucune logique de jeu. Le match à mort en équipe ressemble à une mêlée générale, la recherche et destruction est complètement impraticable étant donné le déséquilibre scandaleux des armes. Comme dirait mon personnage quand il perd : «I didn’t sign up for this shit».

Difficile d’être satisfait de ce Call of Duty Black Ops III quand sa partie principale, le multijoueur comptétitif, est à ce point ratée. Le nivellement par le bas atteint des seuils critiques au point d’en vomir. La campagne a été une expérience passionnante, surtout en coopération, mais 10 heures de jeu valent-elles encore 70€ aujourd’hui? C’est un autre débat. Le mirage de la Frozen Forest n’est que le reflet d’un autre mirage, celui du Call of Duty de la grande époque quand tous les styles de jeux pouvaient s’exprimer et se joindre à la fête. On lui préféra nettement Advance Warfare ou Battlefield 4 qui sont bien moins chers en plus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s