大阪,新世界より (Osaka, Shinsekai yori)

IMG_9090

C’est dans un train conventionnel que je pars de Kaga dans un premier temps. Ce Shirasagi qui a tout le confort fait cependant office de mini-shinkansen avant de remonter une dernière fois dans le vrai à Maibara.

IMG_9092

Je m’enfile mes sushis à toute vitesse avant d’arriver à Osaka. Comme vous pouvez le voir, j’accompagne maintenant mes repas en train d’eau, la boisson officielle de ceux qui font régime… Je me console comme je peux en finissant le premier tome de Groundless.

GL

Et là il faut s’arrêter un petit peu car c’est une grosse surprise. D’abord très surpris par l’immense décalage de style entre l’illustration de couverture et l’intérieur du manga, je fus progressivement conquis par cette série qui est un héritier littéraire de Valkyria Chronicles. En effet, l’ambiance de ce manga est vraiment extrêmement proche de la série de Sega, à tel point que j’ai cru avoir basculé 7 ans en arrière devant ma PS3. L’histoire est celle d’une île coupée du continent, en proie à une crise économique terrible qui fait se révolter une partie de la population. Cependant, ce soulèvement n’a rien de glorieux et se traduit souvent en pillages et exécutions sommaires. C’est dans ce contexte que Sophia perd son mari et voit son bébé enlevé. Il ne lui reste qu’un vieux fusil sniper, avec lequel elle part s’engager dans la milice de sa ville, qui prépare une bataille décisive contre les insurgés. C’est un vrai manga sniper : l’emphase mise sur la spécialisation est bien réelle et les aspects développés sont pertinents et précis.

IMG_9293

Bref, fermons la parenthèse et revenons dans la capitale du Kansai, plus précisément au Peace Osaka. Sous ce nom de hippie se cache en réalité le Musée d’Osaka pour la paix.

IMG_9272

Au Peace Osaka, on ne prend pas des photos comme ça. Il faut aller à l’office signer une attestation avec ses motivations et tout, et tout. Me voilà donc reporter officiel.

IMG_9274

Le musée pour thème l’histoire d’Osaka pendant la Seconde Guerre Mondiale. On a tendance à l’oublier, mais avant les attaques atomiques de Hiroshima et Nagasaki, le Japon a été la cible de nombreux bombardements conventionnels. Osaka était particulièrement visée, pour ses centres de commandement et ses usines d’armement qui produisaient les canons d’artillerie de l’armée Impériale.

Le premier bombardier B29 part des Mariannes le 1er novembre 1944. Pendant 3 mois, de nombreuses cibles stratégiques sont attaquées. Mais fin janvier 1945, l’état-major américain change de tactique et opte pour des bombardements sans distinction de cible. L’ojectif est clair : briser le moral du pays. Ca ne vous rappelle rien? C’est exactement identique à la stratégie allemande lors de la bataille d’Angleterre en 40-41.

IMG_9265

Toujours est-il que Osaka connait 8 raids aériens de grande ampleur avant la fin du conflit. Ces bombardements feront 12’000 morts en 6 mois. A comparer avec la bombe atomique d’Hiroshima qui a fait 80’000 morts en… 6 secondes! On se rend bien compte là du gouffre qui sépare les armes conventionnelles de l’arme atomique.

IMG_9266

On remarque cependant en haut à droite que le château tient encore debout! Anecdote amusante (ou pas), les animaux du zoo de Tennoji furent euthanasiés pour éviter qu’ils ne s’échappent dans la panique et ne rajoutent aux problèmes de la ville.

IMG_9269

Ci-dessus, une comparaison de Morinomiya, la gare juste attenante au musée, entre 1945 et de nos jours. Elle est visiblement assez solide, les quais et l’armature ont l’air intacts…

IMG_9278

A l’été 45, le manque de réservistes se fait sentir. Les femmes sont alors invitées à s’entraîner au tir en préparation d’un débarquement américain que les japonais pensaient inévitable. Comme en Allemagne quelques mois avant, on se prépare à la guerre totale.

IMG_9280

Ce sont ces petites choses là qui tombèrent sur Osaka au début de l’année 1945. C’est une bombe incendiaire classique : les bâtons incendiaires s’éparpillent dans les airs pour former un tapis de bombes et ainsi couvrir une grande superficie. Ils sont en outre conçus pour prendre feu avant impact afin de brûler le maximum de choses.

IMG_9282

Les américains n’ont rien laissé au hasard en ce qui concerne leur attaque atomique. En effet, plusieurs dizaines de bombes de même forme que les futures bombes nucléaires (mais embarquant des charges incendiaires) furent construites et larguées sur le Japon pour préparer le jour J. C’est ainsi que Osaka reçut cette bombe Pumpkin Head, exacte réplique de la bombe Fatman de Nagasaki. Bien moins dangereuse que son modèle, celle-ci ne fera «que» 7 victimes.

IMG_9284

Image forte, celle du drapeau américain flottant non loin du château d’Osaka. Lorsque les vainqueurs occupent la ville, la situation est dramatique : le nombre de logements a été divisé par deux, les chambres d’hôtes ont quasiment disparu.

IMG_9275

Mais Osaka se relèvera, à l’image de sa grandiose tour, le 通天閣 (Tsûtenkaku, «l’édifice qui perce le ciel»), qui est notre prochaine destination.

IMG_9310

Le Tsûtenkaku est au centre de plusieurs allées commerciales disposées en étoile qui forment le marché 新世界 (Shinsekai, «le monde nouveau»). Rien de bien futuriste dans ce Shinsekai, les magasins ayant même un feeling 60’s assez marqué.

IMG_9319

En fait, la déco est complètement extravagante : on se croirait dans un paysage de conte fantastique japonais.

IMG_9340

La tour ne fait qu’une centaine de mètres mais le poste d’observation donne déjà une idée de la métropole tentaculaire qu’est Osaka, hérissée de buildings qui n’en finissent pas…

IMG_9351

…et qui n’arrête pas de grandir. Je ne vous cache pas mon étonnement à la vue de ce gratte-ciel qui n’était pas là la fois dernière. En effet, cet Abenobashi Terminal Building, du haut de ses 300 mètres, vient ni plus ni moins que de prendre la titre envié de plus grand immeuble du Japon (immeuble, hein? Je ne compte pas le Tokyo Sky Tree).

IMG_9352

Mais ce qui est très intéressant dans ce monument, c’est son histoire. Le Tsûtenkaku a été achevée dès 1912, ce qui en fait de très loin la tour la plus ancienne du Japon, dans le cadre du quartier Shinsekai. L’idée, toujours la même durant Meiji, est d’adapter le savoir-faire occidental au paysage nippon. Il est donc au centre de Luna Park, un jardin de type américain, et sa propre architecture ne cache pas son inspiration française. Osaka passait de la tradition à la modernité et entrait ainsi littéralement dans un monde nouveau.

IMG_9300

Vous l’avez peut-être remarqué, le Tsûtenkaku ici présent ne ressemble pas exactement à la photo noir et blanc. En effet, l’édifice brûle partiellement en 1943. Après la guerre, Osaka recherche désespérément une nouvelle voie, un autre Shinsekai et seule une nouvelle Tsûtenkaku pouvait l’incarner. C’est fait en 1956.

 IMG_9384

Dernier jour oblige, il faut dépenser. Seulement voilà, nous sommes à Osaka et le quartier de Nihonbashi, l’équivalent d’Akihabara dans le Kansai, fait pâle figure face à son modèle Tokyoïte. Je suis sorti de l’Animate avec 600 yens de marchandises! Le Kotobukiya fait 3 mètres carrée, il y a une boutique potable tous les 500 mètres, enfin bref…

IMG_9388

En plus les gars sont vraiment chauds quoi : le hentaï n’est même pas séparé du reste! Ces jeux ostensiblement pornographiques sont au milieu des goodies et autres mangas standards.

IMG_9392

Que faire donc des 70’000 yens encore en main? Ben on va acheter des jeux vidéo. Et là je trouve le magasin de jeux vidéo le plus formidable de tout le pays.

IMG_9364

80% de la surface de Disc Pier est en effet réservée aux consoles Playstation, avec des rayons immenses et de nombreuses vitrines présentant le contenu collector.

IMG_9375

La 3DS et la WiiU on été parquées dans un ghetto Nintendo/Microsoft. C’est vraiment très bien organisé.

IMG_9374

J’ai compté, il y avait 33 bornes Playstation contre 4 pour Nintendo. Presque tous les jeux PS4/PSVita de cette fin d’année étaient montrés : on voit ici Star Wars Battlefront et NitroPlus Blasters, mais il y avait aussi God Eater Resurrection, Tokyo Xanadu, Moero Crystal, etc.

IMG_9404

C’est avec un compte en banque encore garni et une valise relativement légère que je repars à l’aéroport international du Kansai. Mais bon, cela resservira tôt ou tard…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s