富山,振興都市 (Toyama, la métropole grandissante)

IMG_8425

Au printemps dernier, j’ai appris (trop tard) qu’un nouveau tronçon de Shinkansen était ouverte. En effet, les fonctionnaires qui s’occupent de l’aménagement du territoire dans les ministères Tokyoïtes ne chôment jamais et ont toujours dans les cartons des plans pour désenclaver et accompagner le développement de la province dans un pays qui, comme la France, reste trop centralisé.

IMG_8408

Je monte donc dans ce type E7 tout neuf. Dans sa livrée bleu et blanc et avec son nez plutôt pointu, c’est assez clairement clairement un spin-off du 500 series. Ca me fait d’ailleurs plutôt plaisir car j’aime bien ce dernier qui a été placardisé sans que je puisse vraiment le prendre.

IMG_8418

Donc à l’occasion de cette exploration d’une région inconnue, le Hokuriku (littérament «terres du Nord»), j’ai investi dans des pompes de rando afin d’éviter de m’exploser les pieds en 48h comme au printemps.

IMG_8426

J’arrive donc à mon premier camp de base du Hokuriku qui est Toyama («la montagne riche»), capitale de la préfecture du même nom avec sa gare tout en longueur (elle ne fait que quelques dizaines de mètres de largeur).

IMG_8435

C’est une ville qui semble un peu avoir été prise au dépourvu, dans le sens où on lui a envoyé le Shinkansen sans qu’elle soit vraiment prête. Par exemple, la densité commerciale est vraiment faible et les magasins comme les restaurants ne montrent pas un esprit d’ouverture pour les non-japonais. Il y a beaucoup d’immeubles de bureau autour de la gare, avec quasiment personne autour, si bien qu’à 18h c’est quasiment déjà un ville fantôme.

IMG_8808

De plus, il y a des bâtiments franchement vétustes comme celui-ci. En plus, c’est à 10 mètres de la gare, quoi! Si près d’un arrêt majeur de Shinkansen, ce terrain devrait être mis en valeur illico. C’est un gâchis hallucinant.

IMG_8445

Quand on va manger au centre commercial de Toyama, il faut surtout pas être pressé. J’ai attendu au moins une demi-heure pour manger un simple curry udon alors que j’ai bien regardé : il y avait au moins 7 tables de 2 libres! Tu penses que la grognasse me laisserait rentrer… non, il faut qu’elle fasse rentrer, qu’elle serve tous les petits groupes avant moi sur la liste! Parce que surtout, il faut pas qu’il ait trop monde en même temps dans le restaurant, ils risqueraient d’avoir à travailler dur…

IMG_8809

D’un autre côté, la qualité de la bouffe est vraiment bonne. Hokuriku est reputée pour son poisson, mais il faut y mettre le prix. Pour le dernier jour, j’ai été à un izakaya et c’était vraiment l’extase : ce sont des sashimis de la 5e dimension, messieurs, dames. La texture du poisson fond dans la bouche, j’ai jamais mangé ça de ma vie! Le poulet était hyper-bien préparé aussi. C’est vraiment savoureux mais encore une fois il faut vider son portefeuille : 3000¥ avec le saké local lui aussi très fin. Revers de la médaille, la carte est illisible pour un non-initié, j’ai eu moi-même beaucoup de mal à choisir et encore plus à tirer des renseignements du serveur.

IMG_8494

C’est un grand centre touristique qui est en gestation. La mairie achève bon an mal an une très haute tour, point culminant qui doit symboliser l’arrivée de la ville dans le 21e siècle et dans le concert des grandes métropoles régionales.

IMG_8470

On peut déjà y monter, mais les échafaudages gâchent un peu le spectacle de la vue. Je parviens toutefois à cadrer sur le Musée de Verre, la réalisation la plus avant-gardiste du centre.

IMG_8483

Beaucoup plus en tous cas que la préfecture bunkerisée, qui fait franchement de la peine tant elle rappelle les mauvais bâtiments universitaires des Trente Glorieuses.

IMG_8509

Beaucoup plus intéressant, on arrive au château de Toyama, précédé lui-même de jardins de bonne facture propices à la petite pause. C’est Jinbô Nagamoto qui fit construire le château en 1543, mais il très vite repoussé par le général Uesugi Kenshin qui prend le contrôle de la région jusqu’à sa mort. Le déclin du clan Uesugi et l’arrivée de Nobunaga au pouvoir change la donne et c’est Sassa Narimasa qui est en charge de Toyama. Lui aussi fera les frais des développements de la guerre civile puisqu’une fois Nobunaga trahi et tué par Mitsuhide Akechi, Toyotomi Hideyoshi bannit tous les anciens seigneurs féodaux de Nobunaga. Narimasa ne fait pas exception et le château est purement et simplement démantelé par le nouveau pouvoir.

IMG_8541

En 1639, Maeda Toshitsugu reçoit la région de Toyama et entreprend de larges travaux de rénovation. C’est ici que les sources divergent, mais il semblerait qu’il ne soit jamais parvenu à reconstruire le château. Quoi qu’il en soit, le (très) long casque de Maeda (140 cm) est conservé au chaud dans le bâtiment actuel.

IMG_8530

Le consensus est qu’à l’arrivée du gouvernement Meiji, il n’y avait plus de donjon principal mais quelques dépendances qui furent immédiatement privatisées. On peut encore les voir aujourd’hui, avec une très belle opposition de style avec la tour de la mairie.

IMG_8546

Après la guerre, Toyama organise une exposition de savoir-faire industrielle et il est décidé que le projet-phare serait la renaissance du château de Toyama. La château actuel n’est pas une reconstruction la version médiévale (puisqu’il date de trop longtemps pour ce faire) mais un château pensé et construit dans les années 50 comme un nouvelle attraction touristique en prenant comme base ceux d’Hikone et Inuyama!

IMG_8555

Sur la place de la fontaine, les dalles ont toutes été gravées par des enfants réalisant des dessins ou exprimant leur souhaits pour l’avenir. Ceux qui reviennent le plus souvent, à une écrasante majorité, sont «esthéticienne» et «sportif professionnel». J’ai hâte de revenir à Toyama dans 20 ans, ça promet d’être assez rigolo…

IMG_8567

J’arrive devant le fameux Glass Art Museum, qui abrite également la bibliothèque municipale.

IMG_8577

Toyama a aussi une série de statues d’art moderne disséminées le long de la rivière. Celle-ci est la plus rigolote et s’appelle Dragon Fire. Il y en d’autres beaucoup plus conceptuelles, et puis il y a du nu aussi…

IMG_8579

Je fais la halte traditionnelle à l’Animate de Toyama, planqué en sous-sol comme une vulgaire boutique de hentaï. Sans surprise, il est rikiki et y’a rien du tout hormis les mangas les plus importants sur la scène nationale.

IMG_8797

Je termine par le Canal Park et son Heaven’s Gate Bridge, nom ronflant pour un pont à l’architecture certes recherchée mais aux dimensions relativement limitées. Le seul intérêt de l’endroit est son Starbucks (sur la droite) qui profite d’un emplacement rêvé pour le goûter. Il y a une petite terrasse pour manger avec vue sur le canal et c’est bien plus chouette que sur un trottoir d’avenue.

IMG_8805

La météo commence à se gâter lors de cet ultime jour à Toyama. Il est donc temps de rentrer à l’hôtel et se préparer à changer de préfecture. Toyama n’est pas inintéressante comme on a pu le voir, mais elle est en retard dans le déploiement du potentiel induit par l’arrivée du Shinkansen.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s