E3 2015 Sony – La Force est avec la PS4, mais pas avec le reste

vader ps4

Pour peu qu’il triomphe sur la scène vidéoludique, Sony perd encore cette année beaucoup d’argent. Faute à d’interminables impôts différés, le conglomérat perd encore 126 milliards de yens en 2014-2015, sur des ventes en légère augmentation (+5,8%) s’établissant à plus de 8 billions de de yens. De dévaluations non déductibles viennent appesantir ce mauvais chiffre. Le résultat d’exploitation lui s’améliore grandement à 68,5 milliards de yens, soit plus du double de l’année dernière, mais cache des fortunes diverses.

En effet, les lignes de production du géant de l’électronique ressemblent de plus en plus à une armée mexicaine dans une auberge espagnole. Le mobile brûle 220 milliards de yens : des dévaluations massives ont eu lieu, reflétant le pari fou sur un supposé Eldorado, et l’appréciation des coûts en dollar n’arrange rien. La sortie du marché des PC se fait dans la panique, avec 100 milliards de pertes opérationnelles classées dans une catégorie «autre», dont l’opacité montre bien que Sony a des années de ménage à faire dans ses comptes consolidés. Petits rayons de soleil pour les télévisions et les composants, deux lignes de produits qui sortent du rouge pour contribuer plus que positivement (les composants par exemple multipliant leur profitabilité par 10). L’audiovisuel est stable et marche comme attendu, tout comme la branche finance&assurance qui est toujours celle qui contribue le mieux aux bénéfices. Sony brûle presque 10% de ses liquidités sur cet exercice pour à la fois investir sur des titres financiers et rembourser une partie de sa dette long terme, ce qui réduit son endettement bancaire. Mais comme dans le même temps les dépôts bancaires ralentissent, et que parallèlement les engagements en matière de retraite grandissent, la solidité financière de l’entreprise ne s’améliore pas.

Un constat mitigé dont le jeu vidéo n’a cure. Sony Computer Entertainment vit dans sa bulle. La branche livre 21 millions de consoles, soit presque le double de Nintendo, pour presque 15 millions de PS4. Celle-ci commence à prendre un peu de retard sur la Wii sur la période équivalente, mais elle est beaucoup plus chère et ne bénéficie pas de la folie casual. Son cycle produit devrait être plus long que celui de la console précédente de Nintendo, avec une partie croissante et décroissante nettement plus nivelée, ce qui lui garantit de la dépasser sur le long terme. En outre, on estime qu’aujourd’hui, plus d’un joueur next-gen sur deux joue sur PS4. Sony se paie en outre le luxe de livrer autant de PSVita que Nintendo livre des WiiU, tout ça bien sûr sans jeu de la renommée de Smash Bros ou Mario Kart 8 : on appelle ça la force tranquille, même si des dévaluations liées à la portable et à la Vita TV heurtent le résultat final. Le résultat d’exploitation de la branche jeu vidéo de Sony est néanmoins supérieur aux bénéfices de Nintendo tout entier (48 milliards de yens contre 41), le chiffre d’affaires étant plus de deux fois supérieur à celui du big N. L’état des lieux est donc très clair.

SWB

La domination de SCE ne peut que s’accélérer après cet E3, au regard de la conférence de feu effectuée la nuit dernière. Même si l’on égalera jamais la mythique E3 2013 (dont les enjeux étaient très différents), le géant japonais a encore une fois méticuleusement mis en échec ses concurrents. Microsoft a Tomb Raider? Sony balance Hitman 6. Microsoft a des trailers pour de nouvelles IPs? Sony montre du gameplay détaillé de Horizon. Microsoft s’approprie The Division et Dark Souls III? Sony invite Assassin’s Creed, Call of Duty et Star Wars. Le monde ouvert de Uncharted 4 enfonce la séquence scriptée de Gears 4. La surenchère est totale, implacable. Alors que Microsoft avait préventivement mis plein d’indé dans sa conférence, son concurrent réduit cela au maximum pour la concentration des blockbusters. Encore une fois, Sony fixe le tempo, et les autres sont pris de court.

BO3

Black Ops III et Star Wars Battlefront ne sont pas des invités ordinaires. Longtemps associé à Microsoft, Call of Duty s’offre à Sony pour la première fois depuis plus d’une génération. Ce tournant est colossal en termes d’image : CoD est la plus grosse licence du monde, avec entre 15 et 20 millions de ventes chaque année. Avoir les DLC en avance n’est a priori pas grand chose, mais ce sont facilement des centaines de milliers de fous furieux de la série que vont reconsidérer l’achat d’une XboxOne. Star Wars Battlefront est encore plus important, car beaucoup de fans de la saga qui ne sont pas forcément des passionnés de jeux vidéo pourraient bien franchir le pas, surtout si Sony a l’initiative de faire un joli bundle pour les fêtes de fin d’années. Bref, le mois de novembre risque d’être un véritable massacre.

Final Fantasy VII Remake

Pour couronner le tout, Sony sort de son chapeau trois jeux que tout le monde espérait, mais que peu pensaient encore possible. The Last Guardian fait son grand retour : le gameplay présenté n’en dit guère plus, mais l’aura du trailer original est toujours là, et il est maintenant daté, bien que vaguement. Shenmue III est kickstarté par Yu Suzuki en direct pour PS4 et PC dans une grande séquence émotion. La suite tant attendue du chef d’œuvre de la Dreamcast avait réuni 1 million de dollars avant même le lever du jour. A midi, il était déjà complètement financé. Arrive alors le remake de Final Fantasy VII, pour beaucoup le jeu Playstation le plus iconique de l’histoire. Ce dernier n’est qu’une exclusivité temporaire pour la PS4. Mais qu’importe : Final Fantasy Type-0 HD s’est vendu à 80% sur PS4, cela ne fait donc aucune différence, sauf vis-à-vis de la WiiU qui n’a rien à lui opposer. Cette succession de rêves devenus réalité est un coup de massue médiatique : sur les réseaux sociaux, certains vendent déjà leur maison à la gloire du Chevalier Blanc. Une conférence équilibrée donc : de l’occidental, du japonais, de l’action, du lyrisme, du rêve, du concret, tout cela sans temps mort, chacun en ressort satisfait.

Nier 2

Mais ce n’était que le premier effet kiss-cool, puisque SquareEnix est revenu le lendemain avec deux autres exclus PS4. NIER 2 sera développé par PLATINUM GAMES, illustré par Akihiko Yoshida (FFXII, FF Tactics) et composé par Keiichi Okabe (Drakengard). Que des talents de ouf’ pour ce qui est l’une des surprises majeures de cet E3 2015. Suit Star Ocean 5 qui est confirmé pour l’occident uniquement sur PS4 en 2016 pour le plus grand bonheur des fans de JRPGs, qui y ont d’ailleurs vu le premier trailer in-game.

Bénéficiant d’autres exclusivités plus ou moins importantes au rang desquelles Dragon Quest Heroes, Disgaea 5, Tales of Zestiria, Street Fighter V ou encore les adaptations d’anime comme Sword Art Online Lost Song, One Piece Pirate Warriors 3, Naruto Ultimate Ninja Storm 4 et J-Stars Victory Versus, Sony ne peut qu’asseoir sa position de leader. Partout dans le monde, car au Japon les jeux Playstation sont très largement majoritaires dans le calendrier des sorties, la PSVita continuant d’engranger les projets au détriment de la 3DS. Il ne lui reste que le périlleux tri dans des années de projets incontrôlés et tous azimuts pour retrouver la stabilité d’un point de vue global.

Une réponse à “E3 2015 Sony – La Force est avec la PS4, mais pas avec le reste

  1. Excellent article. Les constats sont clairs, les conclusions implacables.
    Cela dit, je nuancerai quelques propos. Si Sony a gagné l’E3, après coup, je pense qu’il y a eu un effet « gueule de bois »: la plupart des grandes annonces étant des sorties repoussées aux calendes grecques. Microsoft a présenté un line-up solide et continu (de cet automne à l’année prochaine). D’ailleurs, les ventes ont commencé à remonter.
    Cela dit, il est clair que le soutien massif de Square-Enix -à l’E3 et encore jusqu’à aujourd’hui avec Dragon Quest- est un argument de poids. D’autant plus que l’éditeur est actuellement en grande forme et a mobilisé l’essentiel des développeurs japonais.
    Nintendo semble complètement hors course : il faut dire que c’est aussi dû à une différence d’approche puisque c’est le seul constructeur à penser l’E3 comme un lieu de démonstration auprès des joueurs présents VS les autres qui font le show.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s