Du rififi chez Marvelous

Dans son rapport financier pour l’année fiscale 2014-2015, Marvelous a surpris son monde en annonçant devant les observateurs médusés que le récent Senran Kagura Estival Versus n’avait pas réalisé des ventes conformes aux attentes. Le jeu n’avait pourtant que 3 ou 4 jours de ventes sur l’exercice, sur lesquels il a été distribué à environ 100’000 exemplaires entre physique et dématérialisé, tous écoulés au 30 mars. Un résultat largement au-dessus de la moyenne pour un jeu purement otaku.

Vexé, le producteur de la série Kenichirô Takaki tacle sans ménagement son équipe dirigeante sur twitter, chose pas banale quand on connaît l’importance de la hiérarchie au Japon. Il tient à peu près ce langage.

[Senran Kagura] est une série dont on me disait hier que 30’000 ventes serait un résultat extraordinaire. Cette année, nous avons commercialisé 3 jeux de la série, tous bénéficiaires et cumulant plus de 250’000 exemplaires, et maintenant certains estiment que ce n’est pas assez. La série a bien grandi et c’est grâce à vous”

A la lumière de ces informations, on ne peut s’empêcher de penser que les contrôleurs de gestion de Marvelous sont devenus un peu mégalos. Estival Versus a réalisé un lancement légèrement inférieur à Shinobi Versus dans un marché saturé de sorties en cette fin d’année fiscale. Les volumes dans l’Archipel s’étant eux-même tassés en 2014 et la fan-base de la série difficilement extensible à ce stade, personne ne pouvait prévoir une quelconque croissance. Par ailleurs, la comptabilité de l’éditeur ne prend pas en compte le marché occidental et critique ses propres licences bénéficiaires sur seulement une partie de ce qu’elles vont rapporter.

Le fait est que le management de Marvelous regarde déjà ailleurs, stipulant très clairement en introduction de ses états financiers que l’environnement des jeux console est “difficile” et marque un “tournant en faveur des applications mobile”. Des propos qui réverbèrent de façon inquiétante ceux du président de Konami, qui vient de mettre Metal Gear et Silent Hills à la corbeille pour faire davantage de jeux smartphone. Cela n’arrive pas par hasard : les jeux mobiles/navigateur représentent les 2/3 du chiffre d’affaires de Marvelous, et rapportent 7 fois plus que les jeux console, qui eux voient leur profitabilité s’effondrer de 78%. Cette baisse est évidemment due au fait qu’ils ont développé sur 3DS comme des idiots en 2014, mais force d’admettre que l’homme financier ne saurait rester de marbre après cette comparaison.

Le clash de Takaki-san n’est pas un message perdu dans la twitosphère, c’est le deuxième exemple en très peu de temps du divorce grandissant entre créateurs et gestionnaires dans l’industrie vidéo-ludique. Un Konami suffit, il ne faudrait pas qu’il y en ai d’autres.

Une réponse à “Du rififi chez Marvelous

  1. Par pitié, que quelqu’un les arrête. On n’a pas besoin de stupide jeux sur smartphones, et de toute façon vu que tout le monde s’y met en même temps le marché sera tout aussi saturé en moins de deux…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s