Tokyo & Square Enix shop – East Side Story

sofmap

Une fois revenu dans la capitale, je me dirige aussitôt vers Shinagawa pour voir le Sengakuji. Et ce AVANT de retourner à Akihabara, histoire de ne pas répéter la bourde du deuxième jour.

Tozenji

Le temple s’avère difficile à trouver dans le maquis de immeubles de ce hub ferroviaire. En tournant à gauche un peu instinctivement, j’arrive devant une porte de temple bouddhiste.

Tozenji c

Erreur, je suis arrivé dans le mauvais temple! Il s’agit là du Tozenji, qui fut longtemps la résidence attitrée des émissaires britanniques. L’heure tourne, j’utilise la SIM data pour arriver à bon port, car je dois arriver à Akihabara avant la nuit.

Sengakuji hantai

Au Sengakuji, moines et riverains sont très colère, car un vil promoteur désire réaliser un bâtiment de 8 étages juste à l’entrée du vénérable lieu (sur la banderole, on peut lire « non à la construction! »). Le Sengakuji, qui n’est déjà que trop enclavé au milieu de la jungle urbaine, n’a effectivement pas besoin de cela.

Sengakuji a

Car nous ne sommes pas là devant un temple bateau comme il en existe des centaines. Exemple magistrale de l’architecture bouddhiste, il accueille les tombes des 47 rônin, ces samouraïs ayant assassiné un notable méprisant pour venger la mort de leur maître. Au prix de la leur : ils savaient très bien que le shogun leur imposerait le seppuku (ou hara-kiri pour les profanes). Cette histoire et donc cet emplacement revêt une importance particulière pour les japonais, puisqu’ils représente le sens du sacrifice tant glorifié dans l’ensemble de la société.

Le lendemain, je rejoins ma sœur et son amie pour une virée à Shinjuku qui va virer au vaudeville. Nous descendons à Shinjuku Est pour déjeuner dans mon kaiten favori, puis nous contournons l’immense gare pour aller à Shinjuku Sud, à se trouve le SquareEnix shop. En bel idiot que je suis, je me suis trompé d’environ 90° : le magasin est à l’Ouest.

Yoyogi

Nous arrivons en réalité à Yoyogi, et décidons de couper à travers le parc pour rejoindre Harajuku.

Harajuku

Les ennuis continuent : à peine arrivés au toujours très encombré Takeshita doori, l’Evangelion Store est introuvable. La SIM data nous dit qu’il est «closed down»… Grotesque! Fermer un bâtiment Evangelion est un acte de haute trahison.

crepe

Manque de chance, le crêpier confirme la fermeture de ma boutique bien aimée. Nous avons alors une nouvelle démonstration de l’extraordinaire qualité de service des japonais. Alors que je suis en train de manger ma crêpe chantilly-chocolat en en mettant partout, le crêpier revient me voir et me signale que l’Evangelion Store est en fait transféré à Ikebukuro! Je crois que je viens de trouver ma crêperie officielle…

SE

Pour le moment, il faut enfin se rendre au SquareEnix Shop. Et là, on tombe dans le running gag total : ce magasin-là aussi a bougé en 2014, le SquareEnix Showcase est maintenant à l’Est de Shinjuku!

SE a

Nous voilà donc enfin devant… l’oeuf (?) SquareEnix. Je crains alors très fort la fin en queue de poisson.

SE c

En réalité, le magasin reste lui-même, avec une partie Dragon Quest/CDs classique + un bar qui sert des boissons guère intéressantes…

SE f

mais surtout la classieuse salle d’exposition consacrée à Final Fantasy, Kingdom Hearts et aux figurines Play Arts, avec en son centre un majestueux cristal écarlate entouré d’une fontaine! Les bijoux & accessoires FF/KH sont aussi chers qu’à l’accoutumée, et pourtant déjà épuisés dans bien des cas.

PARCO

Le dernier jour arrive et je me lève donc suffisamment tôt pour dénicher ce fichu Evangelion Store. Ce fut très tendu, car ce dernier est dans un immeuble situé un renfoncement au nord de la gare d’Ikebukuro. Sa ces salvatrices affiches, je ne l’aurais jamais trouvé.

Eva2

La superficie de la boutique a été carrément divisée par 4! Pour autant on y trouve toujours de belles choses.

Eva shoes

J’ai brûlé d’envie pour ces chaussures Evangelion. Pas longtemps : les 25’000 yens qu’elle m’auraient coûtées auraient brûlé mon budget!

Eva watch

Du coup, on n’est guère surpris par le coup exorbitant des montres Evangelion. On est en revanche surpris de voir que la plus chère est en fait la plus moche! Je ne repars donc qu’avec quelques bricoles, ce qui me laisse pas mal de liquidités pour écumer une dernière fois Akihabara, l’objectif de la journée étant les cartes de collection.

cards SAO

Le gros avantage ici, c’est qu’on peut CHOSIR! Les bacs regorgent de cartes communes vendues entre 20 et 100 yens l’unité, à prendre sans modération.

TCG SAO

Une fois devant les vitrines, c’est une autre histoire. Les cartes Infinite Stratos titillent les 500 yens, tandis que SAO (ci-dessus) frise les 1000 sur certaines rares.

cards KC

Mais tout ça n’est que de l’aumône comparé à Kan Colle : presque aucune carte rare en dessous de 2000 yens, les plus recherchées s’échangeant même jusqu’à 12’800 yens!

loot 150418 cards

Fatalement, il faut acheter un peu de tout. L’ensemble demandera 1 heure de sélection et 10’000 yens.

loot final

Il est temps de fourrer tout ça dans la valise en de rentrer dans la banlieue, histoire de reposer les pieds qui ont souffert comme jamais. Le ratage budgétaire est total : j’ai dépassé tous les budgets que je m’étais alloués et fait une rallonge de 500 euros. J’ai balancé en tout l’équivalent d’un salaire médian net.

Voilà, il ne reste plus qu’à ré-économiser… et à recommencer!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s