盛岡,東北へ行こう!(Morioka, Let’s go Tohoku)

Morioka panel

Intéressé depuis longtemps par le nord de l’archipel, j’ai du revoir mes ambitions ces dernières années pour cause de radioactivité. Il est cependant temps de mettre de le passé de côté et d’aller de l’avant, à la fois pour moi et pour la région maudite.

Tohoku

Je suis donc la préconisation du publicitaire Yoshihiro Yagi qui lança en 2012 une campagne audacieuse pour inciter la popularité à revisiter le Tôhoku. L’affiche rappelle furieusement la propagande communiste du temps de la Guerre Froide, mais c’est voulu : pour que ça marche, le choc de l’affichage doit être au moins aussi grand que le traumatisme. Morioka marque également une nouvelle étape dans mon pèlerinage Love Hina (que je compte bien compléter tôt ou tard), puisque Naru et Kanako s’y rendent dans le volume 12.

Max Toki

J’embarque donc dans le Max Toki qui me ramène dans un premier temps à Tokyo. Il est «Max» car il possède 2 étages : c’est un peu le RER C des shinkansen, sauf qu’il n’est pas supprimé un jour sur deux et que lui arrive à caser tout le monde.

Max Toki b

J’ouvre mon bentô et là, sacrilège! Il faut couper dedans! Chose complètement impensable mais il faut un début à tout. Comme de coutume, la tableau lumineux donne les informations du jour : la date de sortie de l’Apple Watch, la météo (mauvaise), le volumes des transactions boursières et les ventes de bière (en chute libre).

snow

En passant à Urasa, je constate qu’il y a encore 1m de neige le 10 avril. Tout va bien…

Yamabiko

Arrivé à Ueno, je saute dans le Yamabiko pour Morioka.

Fukushima

Fatalement, nous passons par le cœur du problème. A travers le hublot, Fukushima semble cependant une ville normale : les cerisiers sont en fleurs, les gens montent et descendent, les voitures vont en viennent…

Morioka

Mais demain est un autre jour et il nous faut explorer Morioka. Le moins qu’on puisse dire, c’est que cette ville n’est pas à la pointe de l’architecture moderne : les bâtiments sont vieux, inélégants, les façades usées… Morioka, qui est pourtant la préfecture de la région d’Iwate, semble incapable d’entrer dans la modernité, comme si le temps s’était arrêté au milieu des Trente Glorieuses.

Tom & Jerry

Chose assez symptomatique, je croise une banque sponsorisée par… Tom & Jerry! Voilà qui ne nous rajeunit pas. Il est 11:30 et je n’ai pas encore bu : ce n’est pas une hallucination, nous sommes en 2015 et le truc est bien là. Le choc est rude, mais ce n’était que le début.

Morioka a

Du coup, on n’est guère surpris par le design banlieue 13 des bâtiments préfectoraux. L’imitation HLM est parfaite, y compris dans les tas de balcons qui doivent servir à rien du tout.

parc a

J’arrive ensuite dans le resplendissant parc du château. Et là que dire? On ne peut rien dire, en fait, on ne peut que pleurer tellement c’est démoralisant. Mais regardez-moi la misère de ce parc, on dirait le décor d’une scène triste d’Evangelion! Il faut qu’on m’explique ce qui se passe ici. Y’a plus aucune subvention? La ville est en faillite? Allo, le gouvernement, il faut désenclaver tout ça, ça urge!

Morioka s

Un petit effort a été fait sur la gare quand même, la façade est ultra-neuve et l’ensemble contient une bonne sélection de boutiques & restaurants.

moriokajo

Il est temps d’aller voir le château, ou plutôt… ce qu’il en reste.

papillon

Comment en est-on arrivé là? Pour le savoir, rien de mieux que le musée de Morioka. Ne vous avisez surtout pas de ramener un papillon ou une fleur, c’est totalement interdit!

musee b

Ce n’est pas traduit donc il faut s’accrocher très fort pour tout lire, ce qui prendra 2h~2h30.

Au 8e siècle, le pouvoir impérial de Nara lance une expédition punitive dans le Tohoku pour prendre les provinces alors dominées par les tribus Ebisu (rien à voir avec le dieu du même nom). En 780, Korehari no Azamaro fait tomber le château de Taga. Son succuseur le Shogun Sakanoue no Tamuramaro obtiendra la reddition des Ebisu en 802. Le pouvoir impérial est alors aux portes de l’actuelle Morioka.

Au milieu du 11e siècle, la famille Abe, qui domine la région de Morioka, cesse de payer l’impôt au pouvoir central. Excédés par cette insubordination, les notables de Kyoto chargèrent Minamoto no Yoshiyori de chasser le clan Abe du Tohoku, ce qu’il réussit en 1062.

nanbu monsho

A la fin du 16e siécle, Toyotomi Hideyoshi unifie le pays et nomme Nanbu Nobunao pour régir Morioka, qui s’appelait encore alors Kozukata (littéralement «celui qui ne vient pas»). Ce dernier établit alors les fondations du futur château, qui sera fini en 1633. L’emblème des Nanbu sont ces grues siamoises, qu’on retrouve également sur les fusils du fief.

A cause du manque de surfaces cultivables, l’économie de Morioka est très instable et de grandes famines ont lieu dans le 19e siècle. Pensant contrer cela par des augmentations d’impôts, le clan fait face à de nombreuses révoltent, qui coïncident avec l’avènement de l’Empereur Meiji. Les leaders féodaux sont écrasés pour le nouveau pouvoir lors de la guerre de Boshin en 1869. Le château sera démonté sans pitié en 1874, et jamais reconstruit.

nanbu toshinaga

Vous aviez remarqué ce piédestal dans les ruines du château. Eh bien il soutenait une statue du capitaine Nanbu Toshinaga, qui s’illustra en 1904 lors de la guerre Russo-Japonaise. Mais en 1944, la statue fut réquisitionnée comme matière première et enlevée, ou comment faire table rase d’une guerre pour en poursuivre une autre…

sakurayama jinja a

Je passe par Sakurayama Jinja, le mikuji duquel me dit au paragraphe santé «choisissez-vous un médecin». Hum…

iwa a

Laissons les affaires de sécurité sociale et examinons ce rocher. Lors de la construction du château, il a été déterré mais préservé, car le seigneur Nanbu Toshinao considéra qu’il ressemblait à un eboshi, chapeau traditionnel très prisé de l’ère Heian, et que c’était un bon présage. Vu le destin pas fabuleux du château, on se dit que Toshinao n’était pas très bon en présages.

ohonji

Je finis par le Hôonji, qui renferme 500 statues de moines (499 au dernier comptage), façonnées à Kyoto de 1731 à 1735. Je ne les verrai pas : l’heure des visites est passée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s