僕の冬 #2015

Rukia winter

Je sais que je fais ça généralement en été, mais cela fait passer à la trappe les animes d’automne/hiver. Donc pour être parfaitement exhaustif, j’ai décidé d’établir ce nouveau rendez-vous. Sans transition, passons en revue les œuvres passés sur mes écrans depuis la rentrée.

Marnie

Commençons par le cinoche avec le dernier Ghibli en date, sorti mi-janvier en France. J’avais entendu dire que Ghibli c’était plus ou moins fini, mais bon là c’est clair que non. Les Souvenirs de Marnie déconcerte en grande partie car il ne prend son sens qu’à la toute fin. Mais cela reste un bon cru, très émouvant, avec beaucoup de réflexion sur la filiation.

Evangeline

Faisons un détour par le papier. J’étais à la librairie japonaise à acheter Bleach comme d’habitude, quand mes yeux se posèrent sur un prospectus avec écrit les mots suivants : Ken Akamatsu. Eberlué par le retour du mangaka de légende, je retourne dans le rayon et me précipite sur UQ Holder. Ce manga se passe looooongtemps après Negima, le héros Tôta n’étant pas moins que le fils de Negi. Evidemment, ce dernier est (officiellement) mort en lui sauvant la vie et celle qui le recueille n’est autre que… Evangeline! D’abord enthousiaste quant au retour de ce personnage emblématique de Negima, une lecture prolongée me rend plus mitigé. En effet, UQ Holder est un pur shônen à la Naruto, pas du tout centré sur ses personnages féminins. Alors oui, Karin s’en prend plein la gueule, mais reste qu’Akamatsu-sensei prend à contre-pied son lectorat. On se retrouve avec une oeuvre qui promet du Negima, mais dont on ne l’obtient (jusque-là) jamais. A surveiller, mais je n’arrive pas à chasser cette impression d’une série qui n’arrive pas à décider où elle va.

Shinya

Je me suis lancé dans Akuma no Riddle par hasard en pensant trouver du fan-service material brut. Je me suis trouvé en réalité devant un thriller très bien foutu. L’action se déroule dans une classe de 13 filles, 12 d’entre elles étant des tueuses à gages dont la mission est d’assassiner la dernière, Haru. Chaque épisode présente une «spécialité» différente et tout l’anime progresse dans un suspense permanent qui vous colle à l’écran. Les événements montent constamment en puissance et la fin se révèle assez complexe en plus de clore sur un happy-end très osé mais bienvenu.

Vivi

Hitsugi no Chaika Avenging Battle reste dans le ton de la première saison, avec cependant une deuxième moitié qui faiblit un peu. Le duo de Chaikas est assez efficace, très bien secondé par Vivi et Frederica. Les scènes d’actions et l’histoire sont convaincants, mais manquent de souffle dans la conclusion peu surprenante.

Yurika

Rokujôma no Shinryakusha est un harem pas banal dans lequel le héros Kôtarô doit défendre son 20m2 contre des filles pas comme les autres qui veulent s’en emparer : une poltergeist, une magical girl, une extra-terrestre et une venue du centre de la Terre. Cet anime a des personnages attachants, un doublage remarquable mais ne va pas au bout de sa logique et devient vite un harem de cohabitation classique qui ne se démarque pas autant qu’il aurait dû.

STnBD Rinslet

Copie carbone de Dragonar, Seirei Tsukai no Blade Dance est cependant beaucoup plus généreux en fan service, multipliant les plans sensuels et osés. Il est aussi beaucoup plus drôle, avec des stéréotypes très très appuyés qui font mouche (Est complètement impudique, Rinslet méga-tsundere, etc). Même si l’histoire et l’action ne sont pas au niveau d’autres séries du même genre, il reste assez délicieux à regarder.

Celina b

Un gâchis, tout simplement. Trinity Universe est un anime fan-service qui n’en fait presque pas, en tous cas pas assez au regard de la narration en dent de scie qui passe du coq à l’âne sans aucune cohérence. Les personnages sont mal développés, mal utilisés, le héros qui a pourtant la chance d’être doublé par Yoshitsugu Matsuoka (Kirito) est trop contradictoire et ne convainc pas, le trip école de magie est totalement secondaire… bref je reste sur ma faim.

Yuyuyu Togo d1

Après les deux premiers épisodes de Yûki Yûna wa Yûsha de aru (communément appelé YuYuYu), j’étais prêt à parier mon chapeau que se serait un désastre. J’ai heureusement eu tort, mais j’avais un petit peu raison aussi. Cette série de magical girls qui défendent la terre face à des êtres difformes, les Vertex, est une expérience visuelle impressionnante qui rappelle un peu Evangelion dans ses scènes d’action, mais qui reste très slice of life dans ses intermèdes. Sympa sans plus, il devient absolument ahurissant aux épisodes 8-9 avec un passage noir, mais NOIR! Alors qu’on attend un final sur la même ligne, YuYuYu ne prend pas le temps ni le risque de garder une tonalité grave et dégaine un happy end un peu brutal.

Red c

Ore, Twintails ni narimasu, c’est du pur bonheur du premier au dernier épisode. Certes, ce n’est pas pour tout le monde car l’humour est trèèèès orienté otaku, mais vraiment j’ai rarement vu une saison faite autant sur mesure pour ce public. Retraçant le combat le combat de magical girls contre des E.T. loufoques voulant imposer leurs obsessions fétichistes, l’anime est bourré de clins d’oeil à mourir de rire, mais que seuls les initiés pourront comprendre. Si la Palme d’Or anime 2014 revient à la série ci-après, Ore, Twintails ni narimasu est sans conteste le prix spécial ecchi du jury.

Rendons à César ce qui est à César, Sword Art Online II écrase totalement cette saison d’anime. J’avais déjà évoqué le volet Phantom Bullet diffusé à l’été : celui-ci a tenu toutes ces promesses en termes d’ambiance, d’action et d’expérience visuelle. Les combats au snipe de Shinon sont sublimes, et elle-même est un personnage extrêmement attachant. Death Gun, froid et impassible, est un antagoniste tout à fait marquant. La fin très émouvante clôt cet arc de fort belle manière.

Si Phantom Bullet est exceptionnel, l’arc Mother Rosario le surpasse encore. Centré sur Asuna, il exprime tellement bien les conflits générationels que j’en ai été époustouflé. Mais ce n’est pas tout : l’histoire est tellement belle sur le plan moral, le sujet posé tellement prégnant… c’est très personnel étant donnée mon histoire récente, mais j’ai jamais eu autant d’empathie en regardant un anime, et j’ai jamais utilisé autant de mouchoirs… Aisément l’un des meilleurs animes que j’ai vu de ma vie.

2 réponses à “僕の冬 #2015

  1. pourrais-tu expliquer davantage ce que tu entends par très personnel et ton histoire récente et donc aussi le parallèle que ça fait avec l’anime ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s