Impressions – Life is Strange

Life Is Strange™_20150130221210

Life is Strange marque le comeback de DONTNOD, le talentueux développeur français de Remember Me. Après la contre-performance économique de ce dernier, le studio traversa une période de redressement, cherchant un éditeur pour leur nouveau projet. Après de nombreux refus de la part d’éditeurs qui désapprouvaient le choix d’une héroïne, c’est finalement Square Enix qui répondra présent pour mettre sur le marché ce jeu narratif à la Beyond.

Life Is Strange™_20150131172926

Si je devais décrire Life is Strange, je dirais que c’est un visual novel à l’occidentale mâtiné de jeu de réflexion. C’est un jeu épisodique, c’est-à-dire que ce qui nous occupe aujourd’hui sur PS4 n’est que la première des 5 parties qui seront mises en ligne au cours de l’année. Vous incarnez une jeune fille du nom de Max (sans que je sache comment c’est devenu un prénom féminin) revenue dans sa terre natale de l’Oregon pour étudier la photographie. Seulement voilà, des choses pas claires se trament dans l’Empire la petite ville d’Arcadia et Max est en plus assaillie d’étranges visions.

Life Is Strange™_20150130225212

Ce qui me séduit dans Life is Strange, c’est son ambiance pesante et mystérieuse qui vous happe littéralement  et contraste avec la vie estudiantine relativement classique qui est illustrée. L’atmosphère du campus est hantée par la disparition d’une certaine Rachel Amber, personnage-clé qui est partout et nulle part à la fois. Sans même qu’un crime ait été commis, tous les personnages autour de vous semblent suspects : c’est un peu un Esprits Criminels dont vous êtes le héros. Max, fille introvertie et peu sûre d’elle, a une psychologie que je trouve particulièrement intéressante et fait écho très efficacement à des problèmes de société bien réels. A l’instar de Remember Me qui donnait une vision du monde unique, c’est un grand mérite de Life is Strange que d’aborder des sujets originaux (la photographie étant le premier d’entre eux) à contretemps du moins-disant créatif des AAA ces derniers mois.

Life Is Strange™_20150131181446

Dans Life is Strange, vous allez faire des choix. De manière assez marquante, la mise en scène a la truc pour les faire apparaître particulièrement lourds. A de nombreuses reprises, les décisions que vous allez prendre va affecter votre futur, proche ou lointain. Certains sont plus importants que d’autres, mais le jeu a le chic pour vous laisser sous pression, car Max n’aura de cesse de se demander si elle a pris la bonne décision. Les incidences internes à ce premier épisode n’étaient en revanche pas importantes que je le pensais. En effet, en faisant un deuxième run avec les choix contraires, le tronc commun est resté similaire (j’attendais par exemple que la scène du parking change complètement). Il y a donc un potentiel encore à confirmer à ce niveau-là, puisque les choix pris vont a priori influer sur les prochains épisodes.

Life Is Strange™_20150130220651

Au niveau de la réflexion, Life is Strange commence aussi assez timidement : les énigmes sont rares et peu élaborées. En fait, ce premier épisode est plus affaire d’observation et de recherche, ce qui plaît à un amateur de RPG comme moi. En particulier, les trophées donnent lieu à une chasse aux photo assez addictive (il est cependant dommage de ne pas avoir de trophées liés aux choix).

Life Is Strange™_20150131180628

A l’instar de Remember Me, la réflexion et les défis de Life is Strange sont liés à la manipulation du temps. Max se voit dotée de la faculté de remonter dans le temps. Mais cela n’est possible que sur quelques minutes, impossible par exemple de revenir en 2012 pour empêcher l’exclusivité de Bayonetta 2. Max n’est pas affectée par le voyage temporel et peux donc revenir en arrière avec les informations qu’elle a appris un instant dans le présent. Ce système permet de faire pas mal de petites choses, mais rien de vraiment grandiose jusque là, sinon introduire un côté paranormal qui pimente l’histoire.

Life Is Strange™_20150130225508

Techniquement, le jeu de DONTNOD apparaît à la traîne et la modélisation semble plutôt primaire même pour de la PS3. C’est nettement moins beau que Remember Me, et on sent que le développeur n’a malheureusement pas eu carte blanche à ce niveau-là. Malgré cela, Life is Strange est un titre qui se défend sur d’autres aspects, notamment sont ambiance et son originalité qui tranchent avec la morosité de l’offre occidentale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s