3DS/Vita, le paradoxe du calendrier

Vita3DS

Ce n’est un secret pour personne, la PSVita rencontre un succès mitigé. Et encore en disant cela, je suis gentil, étant donné que par exemple il ne s’en vend que 10000 par mois aux US, 10 à 20 fois moins que sa concurrente la 3DS. En Europe, les chiffres sont un peu meilleurs, mais la 3DS se vend toujours 4 fois plus vite.

Pourtant, la petite dernière de Sony résiste encore et toujours à la Nintendomination. Il se trouve que la Vita a maintenant davantage de jeux dans son planning de sorties que sa concurrente pourtant si puissante. On attend au jour d’aujourd’hui en occident 34 jeux sur PSVita, 17 sur 3DS. On remarque d’ailleurs que contrairement aux légendes urbaines, Sony soutient plutôt bien sa portable. Pourquoi un tel paradoxe? 4 fois plus répandue que sa rivale et damant le point à toutes les autres consoles à l’exception de la PS4, la 3DS devrait crouler sous les projets. 

Le premier aspect est le ralentissement spectaculaire des localisations, une tendance qui ne cesse de s’accélérer sur PSVita. Il est amusant de constater que de très gros succès sur 3DS au Japon comme Dragon Quest VII, Dragon Quest Monsters 1&2, Hatsune Miku Project Mirai, Yôkai Watch, Attack of the Titan ou Fantasy Life émettent toujours un silence radio alors que des éditeurs tiers n’hésitent pas commercialiser en occident des jeux Vita ultra-niche comme Mind 0 ou Akiba’s Trip 2. Nintendo a beaucoup œuvré l’année dernière pour que les jeux 3DS puissent traverser les océans. Avec succès, car l’année fut formidable : Fire Emblem Awakening, Ace Attorney Dual Destinies, Project X Zone, Bravery Default, Etrian Odyssey, Professeur Layton 6 et bien d’autres ont permis à al portable aux deux écrans de briller. Pertes financières et objectifs de vente manqués n’aidant pas, Nintendo n’apparaît plus très enclin à faire des efforts pour assurer le service après-vente de sa 3DS. Le constructeur a regardé avec indifférence Rune Factory 4 être annulé en Europe et a lui-même rayé de ses plannings Shin Megami Tensei IV, préférant l’argent facile avec Tomodachi Life et les remakes de Pokémon Rubis/Saphir. Nintendo qui était encore en 2013 un éditeur modèle à l’écoute des joueurs est en train de céder ce statut à Sony qui met le turbo pour faire venir en occident des jeux comme Tales of Hearts R ou Sword Art Online Hollow Fragment.

L’autre point à considérer est la situation au Japon. Hormis les indés, les développeurs occidentaux se fichent des portables, l’une ou l’autre, ce qui laisse aux japonais la responsabilité de soutenir la Vita et la 3DS. Il se trouve donc qu’à la source, la PSVita intéresse également plus que la 3DS pourtant 7 fois plus répandue : 51 projets Vita, contre seulement 27 sur 3DS. Et encore, Nintendo est constamment à la manœuvre pour torpiller la concurrente portable : encore récemment, ces gens déloyaux ont acheté l’exclusivité temporaire de One Piece Red World, qui est sorti sur 3DS au Japon en novembre 2013, puis soudainement annoncé sur PSVita et PS3 pour le mois de juin 2014! En dépit de ces viles intrigues, la PSVita ne cesse de prendre du galon sur l’archipel.

Le fond du problème, c’est qu’il est difficile pour les éditeurs tiers d’exister en face de Mario, Dragon Quest et Monster Hunter. J’ai compilé les données des ventes de jeux éditeurs sortis au Japon en 2014 du top 100 de Vgchartz, en ajoutant les ventes dématérialisées. La moyenne est deux fois supérieure sur 3DS, donc l’espérance mathématique de vente est supérieur. En revanche, l’écart-type, défini comme l’indice de dispersion par rapport à la moyenne de la série (jeu; ventes du jeu), est quatre fois plus important sur 3DS. Autrement dit, le risque de flopper est supérieur. D’ailleurs, si on retire les deux premiers du classement (Sword Art Online et Dragon Quest Monster), l’écart-type reste inférieur sur Vita mais la moyenne dépasse celle de la 3DS. Conséquemment, les éditeurs qui ne disposent pas d’une grosse licence qui marche à tous les coups ont statistiquement plutôt intérêt à développer sur PSVita, d’antant plus que les jeux sont traditionnellement plus chers et que le taux de dématérialisé est bien supérieur. Et encore, nous sommes loin de la réalité économique car très souvent, une version PS3 accompagne le jeu Vita. J’ai donc également compilé ces données, pour constater que même si l’écart-type fait un bond, la moyenne du couple PSVita/PS3 surpasse celle sur 3DS. Toujours en ayant en tête que les prix de jeux Playstation sont plus élevés de 10 à 20% par rapport aux jeux 3DS, l’espérance de gain pour l’éditeur est, aujourd’hui en 2014, statistiquement beaucoup plus intéressante sur console Sony.

L’écart-type révèle également que les joueurs PSVita sont plus identifiables, plus prévisibles, plus homogènes que le grand public qui va et vient au gré des modes. Editeurs et développeurs savent aussi que tout le public otaku est attaché à sa PSVita et que ces joueurs n’accepteront pas des versions 3DS inférieures techniquement et dépourvues de trophées ou de la possibilité de prendre des screenshots. Les deux seuls JRPGs sortis à la fois sur 3DS et Vita (Conception II et Exstetra) ont tous deux tournés à l’avantage de cette dernière avec 70% à 80% de part de marché.

A ce rythme, la 3DS pourrait bien avoir un destin à la Wii : une console qui gagne la guerre économique, mais qui perd celle des jeux. Une star déchue tombant de son piédestal face à l’ascension d’une nouvelle idole populaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s