Test – Short Peace/Ranko Tsukigime Longest Day

short peace a

Difficile d’évaluer un jeu comme Short Peace. Et pour cause : ce n’est pas un. Composé de quatre animes et d’un court jeu concocté ni plus ni moins que par Suda 51, le Blu-Ray PS3, une fois terminé, laisse un peu interdit.

Plutôt qu’un jeu avec des séquences animées, je vois plutôt Ranko Tsukigime Longest Day (c’est le nom du jeu) comme un anime avec des séquences de gameplay. En effet, l’attrait du titre vient de son ambiance décalée, son design improbable et ses gags à répétition. Suda laisse ici libre court à son imagination et donne naissance à a trip psychédélique que n’aurait pas renié feu Satoshi Kon, auteur des très déconcertant Perfect Blue et Paprika. L’histoire relate l’épopée de Ranko, lycéenne ordinaire qui la nuit sort armée d’un violon dans la ferme intention d’assassiner son père. Voilà, je vous ai présenté là la partie de l’histoire qui peut se traduire en mots, car le reste est complètement barré et laisse coi tant le mélange de choses imprévisibles est ahurissant.

Artistiquement, cela reste très intéressant, les cut-scenes mélangeant tour à tour différents styles graphiques (anime classique, aquarelle, comic, manga papier), le tout dans des situations rocambolesques qui ne manquent pas de piquant. Le jeu en lui-même a un petit côté stylé avec ses explosions de peintures, sa phase de shoot old-school et son combat final en 8-bit totalement délirant. Le gameplay est en revanche sérieusement limité, puisqu’il ne s’agit que de foncer le plus rapidement possible à travers les stages en tuant les ennemis avec le bon timing, afin d’échapper aux forces obscures qui poursuivent Ranko. Le tout occupe deux petites heures, et les trophées ne sont guère intéressants.

Du côté des animes (le recueil Short Peace donc), je m’attendais à beaucoup mieux. Si la réussite stylistique est incontestable, les histoires racontées manque clairement de substance. Les trois premières sont des petits contes dans un esprit très folklore japonais, avec des Yôkai et des Oni, quand la quatrième est un anime de SF dans un futur alternatif situé après la fin du monde. Tous sont trop courts, et le dernier, beaucoup plus intéressant, aurait mérité d’être développé pour donner un peu de corps à son univers, car l’action et l’atmosphère ont le potentiel d’en faire une œuvre majeure d’anticipation, à la manière d’un Pale Cocoon (qui lui aussi était court mais avait plus de portée en termes de réflexion).

Quoiqu’on en pense artistiquement (je suis pas là pour vous dire quels animes sont bien ou pas), une chose est sûre : un anime de 2h valant 20 euros et Ranko Tsukigime ayant grosso modo l’étoffe d’un jeu démat à 8-10€, les 50€ demandés pour cette galette sont beaucoup trop.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s