掛川,幽霊市 (Kakegawa, ville fantôme)

Kakegawa panel

En cette dernière journée dans la région centre, je saute dans un shinkansen en direction de Kakegawa et son château (j’en aurai bouffé des châteaux, mais bon je l’ai voulu…)

Kakegawa

Kakegawa est une ville somme toute moyenne. Comme on peut le voir ici, le plus grand bâtiment est un hôtel 2 étoiles. Le vent souffle toujours très fort, mais quand même, c’est drôlement calme, beaucoup trop calme.

Kakegawa a

J’ai du rencontrer deux personnes en tout sur la route du château (j’ai traversé une bonne partie de la ville). Les restos sont fermés, les magasins encore moins (j’ai fichu une frousse bleue au proprio du resto de udon lorsque je suis entré). La principale rue commerçante (ci-dessus) est plus vide que Fukushima. Sérieusement quoi, même la rue Thiers est plus vivante que ça!

Kakegawajo

A sortir de l’agglomération sans vie, je commence l’ascension vers le château. Construit vers 1500 par les Imagawa, il tombera rapidement sous la coupe du décidément omniprésent Tokugawa Ieyasu. Il restera sous contrôle de la famille Tokugawa pendant la majeure partie de son histoire. Complètement détruit par une séisme au milieu du 19e siècle, il ne sera complément restauré qu’en 1994.

Kakegawajo b

Et là MAGNIFIQUE! Enfin une ville qui a conservé son château en l’état! L’architecture respire la classicisme car l’intérieur est à la fois entièrement en bois et conserve l’organisation originelle.

Kakegawajo c

Ca fait bien plaisir de visiter un château bien hardcore, avec des escaliers d’une dangerosité maximale ou le moindre faux est mortel.

Kakegawajo d

En parlant de mortel, il paraît que les jardins renferment des serpents jaunes. Par leur couleur or, ces derniers sont dits porter bonheur. Le document ne précise toutefois pas s’ils sont venimeux… Le monument est plutôt petit (3 étages), mais surtout… vide! 3-4 reliques à peine, ce qui n’occupe guère.

Kakegawajo f

Le type à l’entrée me signale qu’il y a un palais en contrebas. Je m’y rends donc, en regarder bien par terre pour surveiller l’apparition de serpents jaunes.

Oden

On comprend immédiatement pourquoi le château est vide : il ont tout foutu ici! Armes, armures, objets du quotidien de l’époque… tout est là. La collection d’armure est fascinante : la deuxième à partir de la gauche est par exemple la reproduction exacte de celle du seigneur Date Masamune, comme on la voit dans Orochi Warrior 3 Ultimate.

Construit sur le modèle du château de Nijo de Kyoto, le palais a connu une histoire pour le moins variée : servant de résidence au châtelain durant la féodalité, il devint tour à tour école militaire, poste de police, école de filles, coopérative agricole et caserne de pompiers!

Oden e

Voici quelque chose de très intéressant : pour asseoir son pouvoir et exercer un contrôle direct sur les leaders régionaux, le shogunat de Iemistu ordonnait aux seigneurs de venir à la capitale Edo un an sur deux. Ces déplacements donnaient lieu à des processions gigantesques proportionnelles au pouvoir du seigneur. Le protocole shogunal stipule un nombre précis accompagnateurs en fonction de l’importance de la province, mais les intéressés ne se gênaient pas pour porter l’extravagance au maximum.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s