Exclusivités temporaires : ASSEZ!

ayane exclu

Vous le savez certainement (mais si vous ne le savez pas je vais vous le redire), Ninja Gaiden 3 Razor’s Edge sortira le 5 avril sur PS3 et Xbox360, et rejoint donc le monde merveilleux des exclusivités temporaires.

Il y a deux types d’exclusivités temporaires, celles qui sont connues pour être temporaires (l’exemple le plus proche de nous étant les DLC de Call of Duty) et celles qui le sont sans jamais vraiment le dire. Dans le premier cas, vous savez par avance que vous aller avoir ledit contenu, mais que vous devez attendre un peu plus. Dans le deuxième cas (par exemple Ninja Gaiden Razor’s Edge), beaucoup plus problématique, vous ne savez pas que le jeu question va arriver sur votre support 3 mois plus tard. Conséquence logique : si vous êtes un grand fan de Ninja Gaiden, vous pouvez effectivement croire qu’il faille nécessairement acheter la WiiU pour vous adonner à votre passion, à savoir trucider du démon en incarnant une jolie fille. Et comme toute la communication autour du titre suggère en permanence sans jamais le dire que vous ne pourrez pas y jouer ailleurs, vous prenez votre carte bleue et allez gaiement investir 350€ dans une machine dont vous ne considériez pas l’achat sans cela. Seulement voilà, le 6 février, vous vous réveillez tranquillement le matin pour vous apercevoir que non seulement que vous avez jeté 350€ par la fenêtre, mais qu’en plus on vous à refilé une inferior version. Ce genre de pratique a un nom : c’est une ARNAQUE. En monnayant ces quelques mois de mensonges autour de Ninja Gaiden Razor’s Edge (car bien entendu, le développement sur PS360 suivait son cours), Nintendo a cherché à TROMPER les fans de Ninja Gaiden pour qu’ils achètent sa console.

Disons-le haut en fort : les exclusivités temporaires sont mauvaises. C’est une situation perdant-perdant-perdant, tout le monde est perdant. Les joueurs en tout premier lieu, car ils doivent soit sacrifier leurs économies pour rien, soit attendre dans l’angoisse et l’incertitude. L’éditeur reçoit sûrement une somme substantielle, mais doit affronter le mécontentement des joueurs lésés et voit son image de marque s’écrouler et la confiance de son public s’éroder. Et quand comme TecmoKoei vous avez d’autres jeux PS3/X360/PSVita à vendre, il n’est pas très malin de se mettre son public à dos pour une exclusivité de paille. Pour le constructeur aussi, c’est extrêmement dangereux : les utilisateurs privés de leur série préférée reportent leur haine sur les responsables, et on ne donne pas facilement de l’argent à contrecœur. Quant une exclusivité est perçue comme illégitime, on a de plus tendance à ne pas y croire. C’est exactement ce qui est arrivé à Ninja Gaiden Razor’s Edge sur WiiU, écoulé à un petit millier d’exemplaire en France comme au Royaume-Uni, loin de l’effet d’entraînement recherché par Nintendo. Mais ce sont les conséquences à long terme qui sont les plus terribles : quand le caractère «temporaire» éclate au grand jour et que le mensonge est avéré, plus personne ne fera confiance à l’auteur d’une telle machination. Depuis la fin de son OPA ignoble sur Tales of Vesperia et Star Ocean 4, Microsoft a cessé d’exister au Japon, et ils peuvent s’épargner l’effort d’y commercialiser leur prochaine console. Les RPGs japonais n’ont jamais été aussi arrimés à l’écosystème Playstation, et leur public rivé à ces supports, regardant avec dégoût ces braconniers des temps modernes, incapables de vivre sans piller à droite à gauche.

Une bonne exclusivité n’est pas temporaire, elle est définitive. Elle n’est perçue positivement et ne peut avoir un effet moteur que lorsqu’elle est légitime. Elle peut l’être soit parce son développeur est un studio directement lié au constructeur (The Last of Us, Forza, Zelda…), quand la technologie rend tout portage impossible ou sans intérêt (ZombiU), ou quand le public visé est majoritairement sur une machine (Tales of Xillia, Hyperdimension Neptune).

Je pense qu’il est grand temps d’arrêter les frais. Trop de colères ont explosé, trop de larmes ont été versées pour un résultat qui est toujours le même : la division de la communauté des joueurs. Nous gagnerons beaucoup à ce que les constructeurs jouent cartes sur table avec leurs vrais atouts, sans dissimuler des as supplémentaires dans leurs manches.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s