日本,ドイツで経由 (le Japon, en passant par l’Allemagne)

Crise (pétrolière?) oblige, les vols directs sont devenus trop chers. Me voilà donc obligé de voler avec Lufthansa, et donc de passer par Francfort. Arrivé à Charles de Gaulle ultra-en avance comme de coutume, je prends place dans la méga-queue des gens partant avec la compagnie allemande. A l’heure de l’embarquement, tous les bagages ne sont pas encore enregistrés. Résultat : 1h30 d’attente et 30 min de retard au décollage! Pas très malins, les mecs avaient un comptoir pour 4 destinations. Ça commence bien, la qualité allemande…

Ca va déjà mieux une fois arrivé à Francfort : l’aéroport est spacieux, les places assises sont nombreuses et les prises de courant fonctionnent. Une bière allemande plus tard, il est temps d’embarquer pour Tokyo. Les allemands ne lésinent pas sur la sécurité : le type devant moi a été dépouillé jusqu’aux mouchoirs et billets de banque qu’il avait en poche. Prenant compte de ce paramètre, je sors d’ores et déjà les consoles , la 3DS d’abord. Le type fronce les sourcils et ouvre la pochette avec l’air d’un démineur en mission. Son visage s’éclaire alors : «Ja, Gameboy!» (ouais c’est ça, de quelle grotte tu sors, toi?). C’est avec appréhension que je sors alors la PSVita, car il n’a aucun élément de comparaison des années 90 pour identifier l’objet. Par chance, il ne demande pas d’explications (qui auraient été possibles, mais très longues). Les japonais attendant derrière moi sont évidemment morts de rire…

A bord d’un A380 pas franchement révolutionnaire mais relativement spacieux, le vol est sans histoire jusqu’au petit matin. Il est 7h30 heure locale et nos allemands nous apportent en guise de petit déjeuner tenez-vous bien : tartiflette + potatoes + veau! Sensations fortes garanties.

L’estomac bien rempli, direction Tokyo via le Narita Express, qui a bien changé. En effet, le nouveau a encore plus de place pour les pieds, et annonce maintenant les destinations en quatre langues. Mais ce n’est pas tout, car il diffuse également les actualités japonaises (les médailles en cette période olympique) et les nouvelles de l’économie en anglais. Ainsi donc, une bête navette d’aéroport est dix fois mieux conçue qu’un TGV français. A noter qu’on construit encore ici des complexes d’habitations toujours plus grands, ce qui est incroyable vu que la taille des immeubles actuels défient déjà l’imagination.

Arrivé à l’hôtel d’Hamamatsuchô, la chambre n’est pas prête. Peu importe, car il faut se rendre d’urgence à Akihabara. Je repars donc immédiatement une fois la valise déposée à l’accueil. Dans le célébrissime quartier de l’électronique, je constate que tout le monde se balade avec un sachet-anniversaire de Media Factory Books (ndlr l’éditeur de Aria the Scarlet Ammo et Infinite Stratos) et pas moi. Chose qui, vous en conviendrez, est parfaitement insupportable. Les aficionados sont venus nombreux ce jour-là, à cause de divers évènements liés à Type-Moon entre autres. Il n’est donc pas si difficile de trouver l’endroit, en l’occurrence K-books. Il en reste 4 qui dorment dans un coin. Je demande alors s’ils les distribuent encore, tout en faisant comprendre qu’il n’y a qu’une réponse possible. Satisfait, je repars avec le contenant tant convoité et deux romans. Signe de la valeur de l’objet, une autre étrangère me demande plus tard où je l’ai déniché.

Reste à écumer le reste de la rue, afin de mettre la main sur les goodies en quantités très limitées qui partent en 48h sur internet et autres jeux vidéos/livres.

La facture s’élève alors à 12000 yens (en 2 heures cela dit), ce qui est très inférieur aux normales de saison (la crise, toujours la crise…).

Akihabara n’est pas le paradis pour rien, car Hatsune Miku Project Diva f sur PSVita était jouable! L’occasion d’apprécier en direct la réalisation hors du commun de cet épisode, infiniment supérieure à celle de la version 3DS, qui d’ailleurs remplit les rayons d’occaz’ ici.

Une fois arrivé à l’hôtel, c’est déjà l’heure d’aller prendre un verre entre amis à Shibuya.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s