Les DLCs ont-ils tué Final Fantasy?

J’accuse SquareEnix. Non pas que je soit un opposant des DLCs en général (je les achète volontiers), mais la gestion calamiteuse de la saison de DLC de Final Fantasy XIII-2 hypothèque la série au moins autant que (à tort ou à raison) Final fantasy XIII premier du nom.

D’abord, il y a les prix : 2€ le costume, 3€ pour un boss et 4€ pour un court scénario. Ca ne paraît rien comme cela, mais répété sur plusieurs semaines, ça commence à faire une somme (à noter que les prix en yens sont encore plus élevés). Les sites spécialisés n’ont d’ailleurs pas manqué de railler cette avalanche de contenu, affichant leur dédain pour la politique de SquareEnix et se moquant à mots à peine couverts de ceux qui achètent. Final Fantasy XIII-2 en est devenu la risée du monde vidéo-ludique, ces DLCs précipitant le déclin d’une licence jusque-là encore à peu près respectée.

Comme si cela ne suffisait pas, le contenu des DLCs fut franchement inégal. Certains boss comme Gilgamesh ou Jihl sont quasi-impossibles à battre, et encore plus à récupérer, même avec des persos boostés à donf’. 100% de drop rate pour les cristaux des boss aurait du s’imposer comme une évidence, mais l’éditeur n’en a cure. Lorsqu’on nous promet un nouveau perso, et à plus forte raison lorsqu’on doit l’acheter, la moindre des choses serait de faire en sorte qu’on puisse l’obtenir. Rien de cela chez SquareEnix, qui ne connaît visiblement pas la notion de service après-vente et se moque bien de laisser les utilisateurs sur le carreau. On ne comprend pas non plus pourquoi cette saison s’est allongée sur 4 mois, alors que le jeu est finissable en une semaine : récupérer des persos ou des costumes quand on a plié le jeu n’a pas grand sens, et j’ai moi-même stoppé ma progression pour mes achats servent à quelque chose. Restent quelques bonnes idées comme le retour d’Ultros et les deux Lightning, qui sauvent un peu l’ensemble de la débâcle.

Mais ce qui me mets hors de moi, c’est le silence assourdissant de SquareEnix qui, après avoir fait sauter la banque, semble complètement laisser tomber la série, un peu comme une action en bourse qui serait tombée trop bas. Aucune localisation pour Type-0, pas un mot sur Versus XIII, juste… Theathrythm (‘°o°)>! En revanche, l’entreprise japonaise (?) met le paquet sur ses titres occidentaux : pas une semaine ne se passe sans nouvelle de l’agent 47 ou un nouveau trailer de Tomb Raider. SquareEnix est un peu comme ce type qui, après avoir fini une bonne bouteille, va à la consigne histoire d’en tirer le maximum avant de passer à autre chose. Ils ont, sans aucuns remords, tué la série de leurs propres mains. Il le paieront.

3 réponses à “Les DLCs ont-ils tué Final Fantasy?

  1. Je suis tombé ici sans faire gaffe car je regardais un peu le test de Atelier Meruru étant friand des JRPG et vu que souvent leurs notes sont massacrés par les sites connus j’étais curieux de voir ça et de fil en aiguilles j’ai découvert tes articles vraiments très interessants à suivre, je vais souvent y revenir =p

    Bonne continuation et bravo pour ce contenu !

  2. Article ridicule. Les DLC de Tales of Graces, Disgaea et autre Neptunia dépassent les 60, voire 90€ dans le casd e Graces et je n’ai pas vu d’articles à ce sujet. Il faut arrêter la démagogie facile.

    • Ce n’est pas comparable. Les DLC de Tales of ou de de Neptunia sont anecdotiques, et ces jeux proposent davantage de persos + de nombreux costumes dans le jeu de base. FFXIII-2 nous vend des bouts de scénarios ainsi que des personnages des précédents volets. Et tu remarqueras que je n’ai pas tant critiqué le principe de ces DLC que la gestion plus que contestable de ces derniers.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s