ようやく天王寺に到着!それ以上の醍醐味が?(Tennoji at last! Did something steal the spotlight?)

Après avoir bien dormi (10h de sommeil, ce n’est pas tous les jours que ça arrive), je descend au combini le plus proche pour me procurer mon petit déjeuner : jus d’ananas, pain au chocolat et onigiri saumon, le tout à consommer en marchant, car la journée est bien avancée. Il est en effet 11h mais malgré cela, en me rendant au Tennoji, je me suis souvenu avoir vu l’adresse d’un magasin Animate à proximité. Le quartier étant en travaux, il est difficile d’accès mais je suis dans un jour de chance.

En rentrant dans la boutique (ndlr – spécialisée en mangas et goodies), mon cerveau grille instantanément à cause du trop grand nombre d’informations visuelles à enregistrer en même temps. En passant et contrairement à ce qui se fait d’ordinaire, le logo avec l’appareil photo précise que POUVEZ prendre des photos dans le magasin (ce dont je ne me suis pas privé).

En passant dans les divers rayons, je me rends compte qu’il y a un problème : non pas financier car la banque est juste en face mais il m’est apparu évident que je pouvais pas faire la visite du Tennoji avec 1 tonne de goodies sous les bras. J’ai donc acheté tout ce qui était en un seul exemplaire et me suis promis de revenir chercher le reste le soir.

Le Tennoji n’est pas facile à trouver. Après être arrivé à l’entrée d’un zoo (fermé d’ailleurs) là je pensais qu’il serait, je demande à un gardien de la paix qui me renseigne aussitôt. Le temple est effectivement coincé dans une rue perpendiculaire à l’avenue.

L’attente n’aura pas été vaine, car le Shitennoji comme il convient de l’appeler est un très beau temple bouddhiste avec ses somptueuses dépendances et son impeccable jardin japonais.

Jardin qui du reste était vide, car j’en étais le seul visiteur… Je n’ai d’ailleurs vu aucun touriste étranger au Tennoji (pourtant très célèbre). Plus globalement, en trois jours, je n’ai vu que 7 occidentaux à Osaka (dont trois à la librairie).

Je rentre rapidement à l’hôtel pour souffler et repars immédiatement pour Animate. En plus des nombreux mangas & goodies (ce magasin étant plus grand que celui d’Akihabara), je me focalise sur les romans, univers dont je ne fais qu’effleurer la surface mais qui représente une part non négligeable des publications au Japon.

Je flashe en particulier (et vous comprendrez tout de suite pourquoi) sur Aria the Scarlet Ammo : la couverture du 6e volume est ATOMIQUE (ok, mauvais jeu de mots) et le manga est également très réussi. Bilan : 20.000 yens dépensés.

Croyez-moi j’ai vu des tas de goodies bizarres dans ma vie mais il faut avouer que là Aria the Scarlet Ammo fait très fort : un vin rosé lui est en effet entièrement consacré!

Le lendemain, je décide de faire un pèlerinage à travers les nombreux temples situés au nord du Tennoji. Une fois entré dans le premier sanctuaire shinto, le vacarme des automobiles disparaît comme par enchantement (alors que l’avenue n’est que 100 mètres derrière moi).

Je continue à travers les petites rues quasi-désertes et arrive dans des temples non moins déserts : le silence est total et me permet d’apprécier à leur juste valeur ces sites historiques.

Néanmoins, plusieurs d’entre eux s’avéreront être des résidences privées, où il n’est donc pas possible d’entrer…

A ma grande surprise, un love hôtel à l’architecture hideuse se dresse parmi ces trésors du Japon médiéval, et j’en viens immédiatement à maudire le politicien corrompu qui a autorisé sa construction.

Autre curiosité : le Kiyomizudera, qui n’a pas grand chose à voir avec son homonyme Kyotoïte, si ce n’est les trois fontaines.

Après cette excursion pittoresque, je retourne au Den Den Town de Nihonbashi, qui n’est qu’à une avenue de là. Je tombe sur un partie du quartier que je n’avais pas exploré le premier jour, avec une nouvelle librairie et… un second Animate! Celui produit un véritable miracle, car il a en stock le T-shirt que je cherchais désespérément la veille.

Je conclus ce séjour à Osaka en me procurant enfin le fort convoité, LA star de cet automne au Japon : Tales of Xilia. Tout cela allonge de 10.000 yens la facture finale…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s