The end of an era


Voilà, To Love est fini… Après Mx0 et Umisho qui s’étaient terminés pour le moins soudainement, c’est une autre des portes par lesquelles j’étais entré au Japon qui se referme. Alors bien sûr, To Love ne concourrait pas pour le Goncourt… On pourrait même dire que la série s’adresse aux pires otakus que la Terre ait jamais portée!

Reste que j’étais là, à Tokyo, quand le tout premier chapitre est sorti dans Jump. Je m’en souviens comme si c’était hier : installé au bureau de ma petite chambre d’internat à Koganei, j’avais l’habitude de feuilleter très rapidement Jump car il me fallait encore beaucoup de concentration et d’efforts pour lire un page entière. Ce jour-là, un colo à attiré mon esprit par son vocabulaire pour le moins évocateur (la suite n’allait pas tarder à le confirmer) et la série devint rapidement une de mes lectures favorites de Jump. C’est un de ces moments rares et précieux où un seul instant de lecture va déboucher sur le marquage de tous les lundis du calendrier et d’inévitables raids en librairie. To Love est né avec moi, sa fin est comme un fragment de ma vie qui se détache.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s