DLC en folie!

En regardant vos trophées (ou succès) d’Assassin’s Creed II, vous vous êtes probablement étonnés du fait qu’ils passent de la séquence 11 directement à la 14. Je pensais au début que c’était le système métrique en vigueur à l’époque, mais l’horloge Piazza San Marco affiche bien 12h. Ubisoft a répondu à cette interrogation en annonçant ‘La bataille de Forli’ en téléchargement dès le 28 janvier pour 3,99 euros sur le PSN et 320 pts sur le Xboxlive. J’aurais applaudi des deux mains si ce DLC (ainsi que ‘Le Bûcher des Vanités) n’avaient pas été annoncés avant la sortie du jeu. Ces épisodes faisaient sans nul partie du code source du jeu, mais n’ont sciemment pas été inclus dans la version finale pour les faire payer plus tard en téléchargement. Un peu comme la moitié de FFXIII… L’éditeur français vient d’ailleurs d’annoncer que la version PC contiendrait bien les deux séquences, alors même que le prix de vente de cette version est plus faible. Résultat Assassin’s Creed II console = 78 euros; Assassin’s Creed II PC = 49 euros. On comprend pourquoi ils l’ont sorti plus tard…

Dans leur quête de rentabilité, Ubisoft et bien des éditeurs entendent nous faire payer 80 euros des jeux achetés 70. Ubisoft est d’ailleurs un habitué de la chose car on se rappelle qu’ils ont fait payer la fin de Prince of Persia. Pour le bien de la communauté, je propose donc de jeter l’éditeur français au Bûcher des Vanités. Les autres ne sont pas en reste : on se souvient que la pseudo-exclusivité de Yoda et de Dark Vador sur Soulcalibur 4 avait fini aussi par se transformer par un DLC à 4 euros. Et au final personne ne les utilise..

Il faut cependant distinguer le mauvais DLC du bon DLC dont Wipeout Fury et Valkyria Chronicles sont des exemples éminents. Wipeout Fury doublait quasiment le contenu de Wipeout HD, si bien qu’il aurait pu constituer une suite crédible. Studio Liverpool pris la décision de l’inclure dans le jeu original au moyen d’un DLC à 10 euros au lieu de refaire un jeu complet vendu plein pot. On pourra hurler que le DLC de Valkyria Chronicles me tient a cœur pour des raisons personnelles, mais il faut considérer ceci : il ne fait absolument pas partie du scénario de l’original, et ce n’est qu’après avoir pu mesurer la popularité de Selveria que Sega a décidé de créer un DLC. C’est la différence entre un éditeur qui pense à ses joueurs et d’autres qui pensent à leur portefeuille (cette phrase fonctionne aussi en remplaçant éditeur par constructeur).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s