東大!!

Etant le lieu phare de Love Hina, je ne pouvais pas partir sans aller faire un tour du côté de Tôdai (東京大学). C’est la première université du Japon, celle dont le concours est le plus difficile et l’université publique dont les frais de scolarité sont les plus prohibitifs.

Mon ami Tehion et moi-même sommes donc partis de Ueno, station que j’avais estimé être la plus proche. « Estimé » car après 30 – 45 min de marche le bâtiment principal s’élevait encore loin devant nous. Alors que nous étions en train d’errer plus ou moins autour d’un hôpital qui semblait interminable, je demandais à mon ami si on ne s’était pas trompé de chemin.

‘Non’ me dit-il ‘nous y sommes, voilà l’entrée et les bâtiments’

‘Quoi?! Mais non!! Ca c’est un hôpital et ce portail débouche sur la rue!’

‘C’est bien ce que je dis, nous marchons dans le campus depuis un quart d’heure’

Il m’a fallu un bon moment pour comprendre ce que ça signifiait : J’étais dans un campus qui fait au bas mot un kilomètre en long et en large, qui comprend des routes, un hôpital et plein d’autres choses que j’allais encore découvrir.

La première est une forêt, oui une forêt, pas spécialement petite et avec son étang remplie d’animaux n’appartenant à aucune espèce connue. Il y a deux supermachés qui remplaceraient aisément un super U de centre ville et où l’on peut acheter des tas de souvenirs de Tôdai (ce que je me suis empressé de faire évidemment). Les bâtiments, tous de style européen d’avant guerre, font furieusement penser à château féodal, qui ne manque évidemment pas de contraster avec le portail d’inspiration purement japonaise et les buildings ultra-modernes de Ueno.

Un mot sur la célébrissime facade si avantageusement dépeinte dans Love Hina et qui avait formé dans mon esprit tant d’images romantiques et épiques à la fois. J’ai sombré dans le dépit : elle est moche, sombre, fissurée, pleine de plantes grimpantes et la cour juste devant est envahie par les piafs et les herbes folles… Comme nous étions en vacances, au lieu des (éminents) étudiants qui peuplent le campus, ne se trouvaient que des promeneurs occasionnels (nous entre autres). J’ai même vu une gamine de 5-6 ans… Moralité : il ne faut pas toujours croire ce qu’il y a écrit dans les livres…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s